Abstention ou période de réflexion?

Bernard
Bernard Lepage
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Abstention pour l’un, période de réflexion pour l’autre. Michel Angers et Fred St-Onge ne semblent pas s’entendre sur l’interprétation à donner sur la conclusion de la rencontre du Comité sur le bruit tenue vendredi à l’Hôtel de ville.

Fred St-Onge et Danielle Mongrain, de Bel Air Aviation, en novembre 2007, soit quelques semaines après le jugement de la Cour suprême du Canada.

Pendant que le maire claironne sur les tribunes que la proposition de la Ville a obtenu cinq voix pour, une voix contre et deux abstentions, le propriétaire de Bel Air Aviation Laurentien soutient plutôt qu’il a demandé une période pour analyser le nouvel horaire soumis par la Ville quelques jours plus tôt.

Abordé par L’Hebdo samedi matin lors de la rencontre convoqué par le maire Angers, M. St-Onge soutient même qu’à première vue, la proposition est intenable pour les transporteurs d’un point de vue économique. «Si je dis à mes pilotes qu’ils ne voleront pas deux mois au complet, je les perds tous.»

L’homme d’affaires s’interroge également sur les mots du maire lorsqu’il parle de large consensus du Comité sur le bruit alors que jusqu’à récemment, il avait toujours été question d’unanimité pour faire adopter les recommandations auprès de Transport Canada. C’est d’ailleurs lorsqu’il a constaté que le représentant du secteur du Lac-à-la-Tortue, François Rainville, votait contre que lorsque son tour est venu, il a jugé qu’il n’était pas nécessaire de se positionner immédiatement sur la recommandation, sachant qu’elle était déjà mise hors route.

Dans ce contexte de malentendu, Fred St-Onge se dit agacé par le fait que le conseil municipal adoptera dès mardi lors de sa séance publique une résolution demandant à Transport Canada de réviser les heures de restriction accordées à Bel Air Aviation et Aviation Mauricie.

Dans cette nouvelle proposition, Shawinigan propose l’interdiction totale des vols touristiques en juillet et en août. Pour le reste de l’année, la restriction sur les heures d’opération serait maintenue de 9h à 12h et 14h à 17h mais ils seraient permis tous les jours du mois de juin.

La Ville veut aussi limiter à deux le nombre de transporteurs pouvant effectuer des vols touristiques à partir du lac à la Tortue; interdire les vols touristiques à partir de quelque autre endroit que ce soit sur le territoire; et l’obligation de décoller à partir du centre du lac.

Cette proposition a obtenu l’appui des deux représentants de la Ville de Shawinigan (Michel Angers et le conseiller Bernard Cayouette), de celui du conseil municipal de Hérouxville, du citoyen qui représente cette municipalité et du porte-parole du milieu touristique. Fred St-Onge (Bel Air Aviation) et Jacques Picard (Aviation Mauricie) ne se sont pas prononcés tandis que François Rainville, représentant du secteur Lac-à-la-Tortue mais aussi vice-président de la Coalition contre le bruit, s’est prononcé contre.

Au sujet de ce dernier, Michel Angers n’a pas caché son irritation sur le fait que M. Rainville semblait avoir fait primer la position de la Coalition alors que son rôle était de représenter l’ensemble des citoyens du secteur.

Cette note négative selon le maire a comme conséquence qu’il est fort peu probable que Transport Canada puisse adopter le nouveau calendrier dès cet été puisque l’organisme fédéral transmettra le dossier à son comité sur le bruit pour des fins d’analyse.

Organisations: Bel Air Aviation, Transport Canada, Comité sur le bruit Ville de Shawinigan Coalition contre le bruit

Lieux géographiques: Secteur du Lac-à-la-Tortue, Shawinigan

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires