La Séjournelle, toujours nécessaire

Campagne du Ruban blanc pour mettre fin à la violence faite aux femmes

Myriam Lortie myriam.lortie@tc.tc
Publié le 25 novembre 2016

Denise Tremblay est directrice générale à La Séjournelle.

©

CAUSE. «Il n'y a pas un portrait type de femmes victimes de violence conjugale», martèle Denise Tremblay, directrice générale de La Séjournelle, ressource d'aide et d'hébergement pour femmes et enfants à Shawinigan. Celle qui cumule plus de 30 ans d'expérience raconte que la violence conjugale se faufile dans toutes les classes sociales.

Elle se dit toutefois heureuse de constater que la société a fait du chemin avec le temps, mais elle rappelle qu'il reste de la sensibilisation à faire, tant auprès des femmes, que des hommes. Les services de la Séjournelle sont gratuits, accessibles sept jours par semaine, au 819-537-8348.

Des dons plus que nécessaires

«On n'y arriverait pas sans les dons», laisse tomber la directrice générale. Aussi simple que ça. Elle est d'ailleurs très reconnaissante du fort appui de la population pour aider la maison à subvenir aux besoins, notamment par le biais de la Fondation La Séjournelle, qui permet d'amasser des milliers de dollars chaque année.

En ce moment, le financement de La Séjournelle permet l'accueil de 10 personnes, femmes et enfants, à la fois. Il est déjà arrivé que 22 personnes y séjournent en même temps, soit plus du double de la capacité normale.

C'est notamment grâce à la contribution de la course à relais des Demois'Ailes que La Séjournelle a pu s'offrir un nouveau pavillon pour des services de deuxième étape, qui nécessite encore beaucoup de rénovations.

Activités de sensibilisation

Du 25 novembre au 10 décembre, depuis 1981, la campagne du Ruban blanc est l'initiative la plus importante au monde pour mettre fin à la violence faite aux femmes. Par solidarité, la population porte le ruban blanc dont la forme de «V» inversé traduit une volonté de dire: «Non à la violence!».

Au Québec, la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes se déroule le 6 décembre depuis 1991 à la suite du drame survenu à l'École polytechnique de Montréal, où 14 jeunes femmes ont été assassinées en 1989 parce qu'elles étaient des femmes.

Cette année, La Séjournelle présentera une vidéo où des hommes de la région dénoncent les violences faites aux femmes lors du match des Cataractes le jeudi 1er décembre. Des rubans blancs seront également distribués dans les écoles secondaires.

 

La Séjournelle en 2015-2016

- 2000 appels traités

- 75 femmes et 59 enfants admis en services avec hébergement

- Taux d'occupation de 105,7%

- La Séjournelle a dépassé sa capacité d'accueil 8 mois sur 12

- La moyenne du séjour est de 30 jours

- 397 personnes différentes rejointes avec les services

- 131 nouveaux dossiers de femmes et 30 nouveaux d'enfants

 

Cette année, les participantes à la course à relais les Demois'Ailes ont remis 70 000$ aux organismes Le Far et La Séjournelle.

©Photo TC Media-Samuel Duranceau-Cloutier