Sections

Le camping Lac Bellemare pourra-t-il construire 13 chalets?

Tenue de registre ce vendredi


Publié le 18 mai 2017

Les propriétaires du camping Lac Bellemare souhaitent développer leur camping à Saint-Mathieu-du-Parc, ce qui ne fait pas le bonheur des résidents déjà établis.

©(Photo gracieuseté - Camping Lac Bellemare)

SAINT-MATHIEU-DU-PARC. Après les contestations de certains voisins et le dépôt d'une pétition ayant récolté une trentaine de signatures, la municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc a décidé de sonder les résidents du secteur au sujet de la construction de 13 chalets locatifs au camping Lac Bellemare. Une tenue de registre se déroulera donc le vendredi 19 mai, de 9h à 19h.  

Le 3 avril dernier, le conseil de Saint-Mathieu-du-Parc a autorisé la modification du zonage dans ce secteur, autorisant du coup la construction de chalets locatifs. Cette décision a entraîné l'opposition de certains citoyens, dont ceux de l'Association des propriétaires des lacs Bellemare et Bill, qui craignent de voir leur paysage défiguré par ces chalets. La municipalité a tenté d'en arriver à une entente entre les deux parties, en vain.

Le registre doit récolter 26 signatures pour que le règlement de zonage fasse possiblement l'objet d'un scrutin référendaire. Une cinquantaine de citoyens habitent la zone touchée, soit la 127. «C'est un meilleur indice (du pouls de la population) qu'une pétition», informe le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude Mc Manus, au sujet de la tenue de registre.

Les résidents de la zone 127 en droit de signer le registre demandant la tenue d'un référendum au sujet du changement de zonage du camping Lac Bellemare peuvent le faire le vendredi 19 mai, de 9h à 19h, au bureau municipal situé au 561, chemin Déziel, à Saint-Mathieu-du-Parc.

Des voisins mécontents

Réjean Tremblay le président de l'Association des propriétaires des lacs Bellemare et Bill croit que le propriétaire du camping devrait être plus conscient de son environnement.

Le conseil d'administration de l'association a fait parvenir une lettre à ses membres, pour la plupart des saisonniers, pour les informer de la tenue de registre et des enjeux qui s'y rattachent.

«M. Bellemare veut le beurre et l'argent du beurre. En espérant qu'il prenne en considération qu'il a des voisins, qu'il n'est pas tout seul autour du lac. Il faut s'intégrer socialement», croit-il. «Il ne peut pas faire tout ce qu'il veut. Le projet est très intéressant, mais pas la façon dont M. Bellemare procède.» La plupart des propriétaires ont acheté leur résidence avant la création d'un camping au Lac Bellemare.

En espérant qu'il prenne en considération qu'il a des voisins, qu'il n'est pas tout seul autour du lac.

Réjean Tremblay, président de l'Association des propriétaires des lacs Bellemare et Bill

Réjean Tremblay soutient que le propriétaire du camping, depuis son acquisition en 2012, a reçu deux avis de non-conformité et six infractions concernant des travaux de déboisement, d’aménagement, d’entreposage et de remblai en la bande riveraine et le littoral du lac Bellemare. Il déplore également que le propriétaire du camping ait déjà construit un premier chalet, très apparent, sans autorisation.

13 chalets ou 100 terrains de camping?

De son côté, le copropriétaire du camping Lac Bellemare, Jean-Luc Bellemare, ne s'inquiète pas outre-mesure de cette tenue de registre et de la possibilité d'un référendum à ce sujet. Il a d'ailleurs deux alternatives au projet de chalets locatifs dans sa manche.

Le camping Lac Bellemare à Saint-Mathieu-du-Parc.
(Photo gracieuseté - Camping Lac Bellemare)

Le propriétaire, qui souhaite continuer de développer son camping, affirme que s'il ne peut construire les chalets tel que souhaité, il se tournera vers l'ajout d'une centaine de terrains de camping, dont une vingtaine en bordure du lac. Tous plus ou moins visibles du lac.

«C'est une entreprise, on doit être rentable à quelque part», plaide-t-il. «Un seul chalet sera visible, (en plus du chalet d'accueil qui est déjà construit). Les autres seront en forêt», réitère M. Bellemare. Les chalets lui permettrait de diversifier son offre et de rentabiliser son entreprise en-dehors de la saison estivale.

Jean-Luc Bellemare s'explique mal pourquoi la municipalité avait accepté son projet lors de l'achat du terrain du camp des Guides en 2012, si c'est pour aujourd'hui revenir sur sa décision. «Ils avaient accepté mon projet en entier», raconte M. Bellemare. «Je n'aurais pas acheté ce terrain s'ils m'avaient dit que je ne pouvais pas y construire de chalets.» L'achat de ce terrain en 2012 avait d'ailleurs engendré son lot de contestations de la part du voisinage.

En ce qui concerne le chalet déjà construit, M. Bellemare soutient qu'il a désormais obtenu son permis. Le Shawiniganais estime qu'il est difficile de faire des affaires à Saint-Mathieu-du-Parc.

Le camping Lac Bellemare compte pour le moment une centaine d'espaces de camping.