Nemaska: Shawinigan a-t-elle trouvé l'Eldorado?

Une étude de PwC prévoit un avenir prometteur pour le lithium

Bernard Lepage bernard.lepage@tc.tc
Publié le 28 novembre 2016

La mise en opération de l'usine est prévue pour le début 2017 et entre 80 et 100 personnes y travailleront.

©Photo gracieuseté Nemaska Lithium

Shawinigan aurait-elle mis la main sur le pactole en attirant sur son territoire Nemaska Lithium? C'est en tout cas ce que laisse entrevoir une étude de la firme PricewaterhouseCoopers (PwC) Canada publiée au début du mois de novembre.

Selon moi, nous serons responsables de 40 à 45% de l’approvisionnement d’ici cinq ans. - Guy Bourassa, président et chef de direction de Nemaska Lithium

«Le lithium connaît actuellement une croissance supérieure à celle de toute autre matière première, en raison de l’émergence du marché des véhicules électriques à l’échelle mondiale, de la demande croissante de stockage d’énergie de grande capacité et de l’omniprésence des appareils portables toujours plus légers et plus puissants. Combinés à l’insuffisance de l’offre dans un marché contrôlé par une poignée de joueurs, les prix de ce soi-disant pétrole blanc ont triplé depuis la fin de l’année dernière.», peut-on lire en guise d'introduction du document <@Ri>Le lithium et la révolution énergétique<@$p>

L'étude fait la part belle à Nemaska Lithium alors que son président et chef de direction, Guy Bourassa, y livre la stratégie à long terme de l'entreprise. «Nemaska deviendra facilement le plus grand producteur au monde d’hydroxyde de lithium de qualité batterie. Selon moi, nous serons responsables de 40 à 45% de l’approvisionnement d’ici cinq ans.», rapporte PwC en citant le dirigeant.

En ce moment, près des deux tiers de la consommation mondiale de lithium servent à la fabrication de céramique, de verre, de polymères et d’alliages. Par contre, comme on s’attend à ce que l’usage du lithium pour les batteries propulse la demande, la faisant augmenter de plus de 400% au cours des quatre prochaines années, les secteurs des technologies et de l’énergie deviendront bientôt les premiers consommateurs de lithium. En moins de 12 mois, les prix du lithium ont bondi, passant de 7000$ US la tonne à la fin de 2015 à 22 000$ US la tonne en 2016.

Guy Bourassa explique également que les installations shawiniganaises, dans l'ancienne usine Laurentide dans le secteur Grand-Mère, permettront à Nemaska Lithium d’échapper à toute guerre de prix avec les producteurs australiens qui expédient leur minerai en Chine aux fins de traitement. De plus, le président et chef de direction précise que l'entreprise bénéficiera aussi d’un avantage concurrentiel de plusieurs milliers de dollars la tonne par rapport aux Chinois, grâce au faible coût des intrants que sont l’hydroélectricité, le gaz naturel et même l’acide sulfurique.

Rappelons que la phase 1 du projet de Nemaska Lithium à Shawinigan représente un investissement de 38 millions$ qui doit permettre la production de 500 tonnes d'hydroxide de lithium par année. La mise en opération de l'usine est prévue pour le début 2017 et entre 80 et 100 personnes y travailleront. Il y a deux semaines, l'entreprise tenait une journée d'information à la Maison de la culture Francis-Brisson à laquelle plus d'une centaine de chercheurs d'emplois, entreprises et citoyens ont pris part.

PricewaterhouseCoopers est un réseau d'entreprises spécialisées dans des missions d'audit, d'expertise comptable et de conseil à destination des entreprises.

En moins de 12 mois, les prix du lithium ont bondi, passant de 7000$ US la tonne à la fin de 2015 à 22 000$ US la tonne en 2016.

©Photo gracieuseté Nemaska Lithium