Coupures budgétaires: inquiétudes au Collège Shawinigan

Publié le 11 juin 2015

ÉDUCATION. Les enseignantes et enseignants, les professionnelles et professionnels, ainsi que les employées et employés de soutien du Collège Shawinigan dénoncent les coupes budgétaires en enseignement supérieur et appréhendent les conséquences de ces coupes sur les services aux étudiants.

Le président du Syndicat des professionnelles et professionnels Jean-François Chandonnet souligne que la direction semble être de bonne foi en affirmant que la qualité des services offerts aux étudiants ne sera pas touchée, mais les membres demeurent tout de même inquiets pour l’année à venir.

«Des façons de faire différentes et des changements de tâches annoncés pourraient affecter plusieurs services, dont les services adaptés, l’alternance travail-études, le placement. Chose certaine, un suivi devra être fait régulièrement concernant ces dossiers», ajoute-t-il.

Pour sa part, la présidente du Syndicat du personnel de soutien, Renée Pouliot, dénonce les coupures dues aux compressions budgétaires du gouvernement provincial.

«Deux personnes ont perdu leur emploi, leur poste étant aboli. Conséquemment, une remplaçante a perdu son travail et une surnuméraire a subi le même sort. Le Collège a relocalisé un troisième poste aboli en créant un poste pour trois services, créant ainsi une surcharge de travail. Un quatrième poste n’a pas été comblé suite à un départ à la retraite. Douze autres personnes verront leurs tâches modifiées à l’automne prochain.»

«Nous avons demandé avec insistance le non-remplacement d’un poste-cadre afin que la direction partage l’austérité avec l’ensemble des autres personnels, et cela aussi longtemps que les mesures d’austérité dureront. En supprimant tous ces personnels, il s’ensuivra nécessairement une baisse de services aux étudiants, notre matière première pour l’avenir de notre société. L’éducation est une colonne de chiffres pour le gouvernement… Désolant !», fulmine la présidente.

Perte de tâches pour les enseignants

Solidaire des deux syndicats les plus touchés, Luc Vandal, président du Syndicat des enseignantes et enseignants, indique néanmoins que, du côté des enseignants, la direction du Collège a décidé de mettre un terme à différents projets à caractère éducatif, ce qui occasionnera des diminutions de tâches pour l’équivalent d’un enseignant à temps complet.

«En plus des coupes dans les projets des enseignants, les fermetures de postes et de charges chez les professionnels et le personnel de soutien engendreront nécessairement une diminution des services aux étudiants, certains de ces services étant directement liés à l’enseignement», précise Luc Vandal.

«Les heures d’ouverture de la bibliothèque et du centre sportif seront diminuées, les services adaptés pour les étudiantes et étudiants en situation de handicap aussi», ajoute-t-il en exemple. «Nous osons croire que le départ à la retraite du côté du personnel d’encadrement ne sera pas comblé. C’est une question d’équité!», conclut M. Vandal.

Ces trois syndicats regroupent plus de 250 membres et sont affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) et à la Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ).