Sections

Le premier ministre impressionné par le Centre d'entrepreneuriat


Publié le 20 avril 2017

VISITE. Dans le cadre d'une grande tournée provinciale des régions, le premier ministre du Québec Philippe Couillard se trouvait à Shawinigan jeudi matin afin de visiter le Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins (CEADS) ainsi que le Marché public. TC Media a accompagné M. Couillard lors de sa visite du CEADS.

Dans le cadre de cette visite, le premier ministre était accompagné de Julie Boulet, ministre responsable de la Mauricie, de Pierre Giguère, député de Saint-Maurice, de Michel Angers, maire de Shawinigan, de Luc Arvisais, directeur de la division économique de la Ville, de Philippe Nadeau, directeur du DigiHug, ainsi que d'autres intervenants du milieu.

Je dois dire que la sauce BBQ était délicieuse, je dis ça parce que je suis gourmand!

Philippe Couillard

Au cours de sa tournée, le premier ministre a pris le temps de saluer tous les gens qu'il rencontrait, et de piquer un brin de jasette avec de nombreuses personnes. Il a notamment goûté à un burger de porc effiloché à la Sauce du Chief gracieuseté de Philippe Saint-Arnaud, le chef cuisinier derrière cette fameuse sauce.

M. Couillard a aussi découvert la motoneige électrique conçue par Taïga Motors, trois entrepreneurs qui ont choisi Shawinigan et son centre d'entrepreneuriat pour lancer leur entreprise.

Luc Arvisais, Michel Angers, Julie Boulet, Philippe Couillard, Pierre Giguère, et Philippe Nadeau.
(Photo TC Media Patrick Vaillancourt)

«Le beau message de ce matin, c'est de voir ce que nous sommes capables de faire dans nos régions pour garder nos jeunes, affirme le premier ministre. Ceux qui sont partis étudier ailleurs de revenir avec un projet de vie et un projet de carrière fascinant. Le centre d'entrepreneuriat c'est un écosystème qui a été créé, ç’a commencé avec la municipalité, et tout le monde s'est mis ensemble pour dire aux jeunes de venir créer leur entreprise chez nous. C'est tout un cercle, une roue qui tourne. Ce n'est pas fini l'histoire ici, je dirais que c'est la fin du début, on va arriver au milieu, mais on n'arrivera jamais à la fin parce que ça va toujours continuer. Ce que je retiens aujourd'hui comme message, c'est la jeunesse en région. Comment faire pour garder les jeunes en région. Et si Shawinigan a été capable de créé un tel écosystème, il y a du monde créatif et inventif partout au Québec dans nos régions. Il suffit que de rassembler les gens ensemble. C'est une histoire malheureuse de fermeture d'usine à Shawinigan qui a été transformé en succès.»

Quel a été le coup de cœur du premier ministre lors de sa visite? «Je dois dire que la sauce BBQ était délicieuse, je dis ça parce que je suis gourmand! Mais il y a un avenir avec la motoneige électrique qui a présentement 100 kilomètres d'autonomie et aucun coût d'entretien. Je pense notamment aux centres de ski qui pourraient en profiter. Si le produit est bien mené et bien mis en marché, il peut avoir un très bel avenir. En plus, c'est fait par des jeunes de chez nous.»

Les entreprises Attractif et Rum&Code ont même fait faire une activité de création numérique à M. Couillard, et le tout a été diffusé en direct sur la page Facebook du premier ministre.

TC Media s'est entretenu avec différentes entreprises du CEADS afin de connaître quel était le message de la visite de Philippe Couillard. «C'était très bien pour l'ensemble du centre d'entrepreneuriat et de voir que le premier ministre prenne du temps pour nous rencontrer, c'est très encourageant. Pour notre entreprise, c'est cool de savoir qu'il y a un engouement du gouvernement du Québec pour les motoneiges électriques et la transition vers l'économie verte. Il ne savait pas que ça existait, alors ça nous met sur la carte avec le gouvernement», commente Samuel Bruneau de Taïga Motors.

Pour Philippe Saint-Arnaud, le chef cuisinier derrière la Sauce du Chief, ce n'est pas tous les jours qu'on confectionne un burger de porc effiloché à la sauce pour le premier ministre. «C'est le fun. C'est certain que c'était un peu spécial. C'est le fun de savoir qu'il a découvert le produit et il a semblé aimer ça! C'est bon signe!»

De son côté, Pierre-Yves Rousselle de la compagnie Attractif était sur un nuage. «C'est une opportunité incroyable de positionner Shawinigan, de positionner les régions, il a donné une vitrine incroyable! Le message est clair: il est possible d'innover et de réaliser de nouvelles technologies en région. Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas dans les grands centres que nous ne sommes pas capables. On se bat pour ça. En plus de réaliser un direct sur la page Facebook, c'est inespéré, et d'avoir la chance de montrer notre produit, qu'il l'utilise, et il voit comment c'est facile.»

Félix-Antoine Huard de Rum&Code abonde dans le même sens. «Il y a un an jour pour jour, le 18 avril 2016, on venait s'installer au CEADS pour une première réunion. Dans les jours qui ont suivi, on nous a remis les clés d'un premier bureau au DigiHub. Un an plus tard, jour pour jour, on préparait la venue du premier ministre, puis préparer le logiciel développé avec Attractif, pour faire l'annonce d'une création d'entité avec attractif. Le message qu'on reçoit: "Vous êtes petit en âge, mais vous valez la peine qu'on s'adresse à vous. C'est ce qui me touche de sa visite aujourd'hui; oui il occupe des fonctions importantes, mais c'est une personne qui aime authentiquement les gens, les jeunes, l'innovation, les régions. On ne sentait pas qu'il avait un agenda. C'était vrai et c'était senti.»

Bien entendu, le maire de Shawinigan Michel Angers était bien heureux d'accueillir le premier ministre. «M. Couillard avait entendu parler du CEADS à de nombreuses reprises. Je me suis permis ce matin de lui faire la genèse du Centre d'entrepreneuriat et du DigiHub, et de l'importance pour un gouvernement d'appuyer une initiative comme celle-ci. Je pense que le premier ministre est ouvert, et qu'il est assez impressionné de voir tout ce qui se fait ici. Il a constaté la résilience de la Ville de Shawinigan et que nous n'avons pas baissé la tête suite au déclin des grandes entreprises, bien au contraire. Je suis convaincu que l'avenir est devant nous.»