Des classes du primaire développent des jeux sérieux


Publié le 19 mai 2017

Les jeunes des quatre classes ont parlé de leur projet en conférence de presse.

©(Photo TC Media Patrick Vaillancourt)

ENTREPRENEURIAT. Pour une première fois au niveau primaire, les élèves de quatre classes du primaire de la Commission scolaire de l'Énergie ont travaillé à concevoir un jeu sérieux dans le cadre d'un projet entrepreneurial.

Quatre entrepreneurs du DigiHub Shawinigan  ont accompagné la classe qui leur était attitrée afin d'encadrer les jeunes et leur professeur pour la programmation du jeu.

Les 75 élèves des quatre écoles (Immaculée-Conception, Laflèche, de la Source de Shawinigan, et Centrale à La Tuque) ont été visités à quelques reprises par leur coach respectif pour découvrir les principes de base de la programmation.

Félix-Antoine Huard de Rum&Code encadrait les jeunes de l'école Laflèche de la classe de Stéphanie Lemire avec leur projet visant l'apprentissage de la mathématique.

Yassine El Bouraqadi de Smactic a aidé la classe de Martin Giguère de l'école de la Source afin de créer le jeu Les cyber-héros, dont l'objectif est de donner des outils aux jeunes et à leurs parents afin de contrer la cyberintimidation. D'ailleurs, ce projet a remporté un prix lors de la 9e finale locale du Défi OSEntreprendre.

De son côté, Bernard Prince de Quoly s'est impliqué avec la classe de Geneviève Tellier de l'école Immaculée-Conception pour le Jeu sérieux sur l'accord du nom et de la conjugaison pour les élèves du primaire.

Puis, Alexis Huard de Rum&Code a mis son grain de sel pour aider la classe de Laurie Jacob à l'école Centrale à La Tuque pour leur projet Jeu Angloh!fun qui offre la possibilité d'apprendre par le jeu des notions d'anglais.

Le directeur-conseil en entrepreneuriat à la Commission scolaire de l'Énergie, Denis Morin, a annoncé que le projet du développement numérique sera de retour l'an prochain. «Nous venons ici répondre à un nouveau besoin en permettant à notre commission scolaire de s'inscrire dans le développement de sa communauté entrepreneuriale.»

D'ailleurs, M. Morin a salué l'initiative de Bernard Prince qui a été le premier à lever la main afin de créer un tel projet pour des élèves du primaire.

Certains jeunes des quatre classes ont témoigné de leur expérience au cours d'une conférence de presse. Ils disaient notamment avoir acquis de la patience, de la créativité, le projet a contribué au travail d'équipe, et a développé le sens des responsabilités.

L'enseignante Stéphanie Lemire de l'école Laflèche a avoué avoir eu de l'inquiétude au départ. «On était dans l'inconnu avec ce projet. Nous avons travaillé avec des gens de qualité qui nous ont appuyés. Je voyais ce projet comme une montagne et nous l'avons escaladé tranquillement.»

Martin Giguère, enseignant de l'école de la Source soulignait que le projet a permis aux élèves de parler d'exemples concrets de cyberintimidation dans le cours d'éthique.

«J'ai vu les élèves grandir et développer toutes sortes de qualités. Nous avons développé un jeu, mais les jeunes ont développé beaucoup plus que ça», exprime Laurie Jacob, enseignante à l'école Centrale.

Il est possible de découvrir les jeux sérieux conçus par les jeunes à l'adresse http://sites.google.com/rumandcode.io/scratch-energie .