Une imprimante 3D pour le Département de génie mécanique du Collège Shawinigan

Publié le 19 septembre 2013
Serge Labelle, enseignant et coordonnateur,  montrant fièrement la toute nouvelle acquisition du Département de génie mécanique : une imprimante 3D.
(Photo collaboration spéciale)

Le Département de génie mécanique du Collège a présenté dernièrement sa nouvelle acquisition à ses étudiants soit une imprimante 3D.

En plus de fabriquer des prototypes, les étudiants pourront fabriquer des pièces très complexes beaucoup plus facilement qu’avec le mode de fabrication traditionnel. Ils pourront également réaliser des pièces ou des assemblages avec moins de matériel tout en obtenant une plus grande résistance de leur produit.

« Comme les entreprises qui embauchent nos étudiants travaillent de plus en plus avec ces imprimantes, il devenait impératif de former les étudiants sur cette nouvelle réalité. L’impression d’une pièce 3D est la suite logique aux dessins 3D que font les étudiants, », ajoute Serge Labelle, enseignant et coordonnateur au Département de génie mécanique.

L’imprimante 3D permettra également de vulgariser et d’expliquer la conception mécanique, et deviendra ainsi un outil pédagogique fort appréciable en permettant notamment une multitude de situations d’apprentissage concrètes pour l’étudiant. Ils pourront ainsi améliorer leur conception après l’impression : changer les dimensions, revoir le principe, modifier les paramètres afin de bonifier leur conception.

Pour Sylvie Le Sieur, directrice des Études au Collège Shawinigan, « ce nouvel outil permettra de favoriser l’intégration pédagogique des technologies dans les programmes, un des objectifs de l’orientation 2 de son Plan stratégique 2011-2016 soit de diversifier l’offre de services, adapter les programmes existants et maintenir la qualité des programmes offerts . En outre, l’ajout de l’imprimante 3D au Département de génie mécanique permettra assurément aux étudiants d’aller plus loin dans leur démarche d’apprentissage et d’être prêts lorsqu’ils arriveront dans leur milieu de travail », de conclure Madame Le Sieur.