Amitiés du Médoc!

Pour la création d'un pont d'échanges entre la Mauricie et le Médoc

Geneviève Beaulieu-Veilleux genevieve.beaulieuveilleux@tc.tc
Publié le 18 mars 2014

Les Français Pascal Bourdot et Anne Cordier de la région du Médoc ont la Mauricie tatouée sur le coeur. Fort de leur expérience en affaires et en vie associative, le couple souhaite mettre sur pied un pont d'échange entre les deux communautés par le biais du projet P.E.S.C.A.R

P.E.S.C.A.R qui signifie Pont d'échanges socioculturels et d'activités régionales est le fruit de la réflexion de Pascal et Anne qui ont choisi la Mauricie comme nouvelle terre d'accueil. Lui, a un passé étoffé dans le domaine sportif et socioculturel, elle, est passionné d'arts et de danse en parallèle de son poste de contrôleur financier.

Un sentiment d'appartenance

«C'est notre troisième séjour en sol québécois et la Mauricie nous a séduites. C'est drôle à dire, mais on dirait qu'on connaissait déjà les gens et les endroits ici. Tout le monde est si gentil, spontané et accueillant!», fait remarquer Anne qui s'est notamment prise d'affection pour Ghislaine Lamothe et Lucie Brochu, respectivement propriétaire du Domaine Ste-Flore et du café Le Bucolique.

Basée sur le principe de l'échange entre les deux peuples, l'association qui souhaite faire découvrir et réunir est active depuis six mois et contient 47 adhérents jusqu'à présent. M. Bourdot explique que le projet en devenir se déploiera sous deux volets, soit l'un misant sur des ateliers de loisirs créatifs et le second sur un espace de détente, où seront notamment proposés causeries et spectacles.

La trame de fond étant de mettre en relation les deux populations francophones autour du domaine de l'économie, des arts, mais aussi du milieu communautaire. À cela, on pourra ajouter des séjours de découvertes entre les participants ou encore des échanges professionnels avec la venue d'un restaurateur mauricien au Médoc et vice versa, par exemple.

«Nous sommes sérieux dans nos démarches et nous avons déjà rencontré nombre d'intervenants économiques du milieu de Shawinigan. Jusqu'ici, la réponse est très bonne.» Deux livrets explicatifs, l'un décrivant la région de la Mauricie, l'autre celle du Médoc ont aussi été réalisés afin de donner de la visibilité à l'association. Ces derniers intègreront certaines écoles où des partenariats verront aussi le jour.

Un couple inspirant

Ghislaine Lamothe mentionne que le couple s'est bien vite adapté à la Mauricie, ainsi qu'à son climat nordique. «Ce sont des passionnés et des gens crédibles. Je ne suis pas inquiète de la réussite de leur projet!», souligne celle qui est considéré par Pascal et Anne comme leur mentor.

«Nous avons déjà notre futur emplacement en tête, mais nous attendons avant de confirmer la chose publiquement», précise Pascal. Il ajoute que le lieu pourrait potentiellement se joindre à un projet de développement récréatif déjà existant.

Autonome financièrement et enthousiaste à souhait, le duo indique que le projet P.E.S.C.A.R ne peut que profiter aux habitants des deux régions. «Les gens et les décideurs doivent certes emboîter le pas, mais s'ils le font, nous garantissons le succès de notre initiative», ajoute Anne, les yeux brillants.

Le tandem du Médoc prévoit accrocher ses pénates à Shawinigan d'ici 2015. «On est présentement dans la paperasse pour l'émigration. On se croise les doigts pour notre projet, mais on restera ici quoiqu'il advienne. Nous sommes prêts à travailler à d'autres projets s'il le faut, mais pourquoi se priver d'essayer?», conclut M. Bourdot.

Pour connaître les détails du projet P.E.S.C.A.R et les visées de l'association, consultez-le: http://mauriciemedoc.jimdo.com/amities-medoc-quebec/