Vivre avec huit enfants en 2017


Publié le 19 mars 2017

On aperçoit le père Jocelyn Desfossés en compagnie de son fils Guillaume, 3 ans. De derrière vers l'avant et de gauche à droite, Brandon, 17 ans, Jamie-Lee, 13 ans, la mère Mylène Grenier et son bébé de 5 mois Madyson, Nathan, 10 ans, Alexane, 5 ans, Britany, 7 ans, et Justin, 3 ans.

©(Photo TC Media Patrick Vaillancourt)

FAMILLE. Les grandes familles redeviennent plus courantes de nos jours. Il n'est pas rare de voir un couple avec 3, 4 ou 5 enfants. Mais 8 enfants, ça sort de l'ordinaire. Mylène Grenier est la mère de 8 enfants allant de 5 mois à 17 ans.

Avant de rencontrer son conjoint actuel il y a neuf ans, Mylène Grenier avait déjà donné naissance à trois progénitures. Puis, elle et son conjoint Jocelyn Desfossés ont eu 5 enfants ensemble.

Nous nous sommes rendus dans la résidence de la rue Viger afin de rencontrer la famille.

Vous ne serez pas surpris d'apprendre que Mylène est maman à la maison. De son côté, Jocelyn est en congé parental. Le couple s'est connu sur un site de rencontre, et les deux ont unis leur destinée un… 14 février. «Mon chum c'est un lover», affirme Mylène.

Une gymnastique quotidienne est primordiale pour les parents. En plus des tâches quotidiennes, presque tous les enfants participent à des activités sportives, ce qui représente de 25 à 30 activités chaque semaine. «Mon plus gros rôle, c'est de faire le taxi parce que Mylène ne conduit pas, lance Jocelyn avec un sourire. C'est certain que ça demande une gestion et il ne faut pas se prendre à la dernière minute. Dernièrement, je devais aller chercher deux de nos enfants à la garderie, et trois autres avaient des activités en même temps!»

La famille détient un calendrier mensuel où toutes les activités de chacun sont inscrites. Par exemple, seulement pour le mois de février, seulement trois cases étaient libres. «Je pense qu'en 9 ans, nous sommes allés seulement trois fois au restaurant Jocelyn et moi», affirme Mylène.

Bien entendu, la mère scrute son Publi-Sac chaque semaine afin d'utiliser les coupons et de pouvoir profiter des rabais au maximum. C'est une somme de 300$ par semaine qui est destinée pour l'épicerie, dont 100$ seulement pour le lait. Tout cela sans compter la trentaine de brassées de lavage par semaine.

Les deux plus vieux de la petite famille, Brandon et Jamie-Lee, peuvent aider leurs parents lorsqu'ils ne demeurent pas avec leur père. «On vient garder nos frères et sœurs, et je joue souvent avec eux plutôt qu'avec mes amis. C'est la famille qui passe avant. Je trouve ça cool d'avoir autant de frères et sœurs, mais je ne veux pas autant d'enfants plus tard», exprime Jamie-Lee en riant.

Toutefois, la mère est claire, l'initiative d'aider doit venir des enfants.

«Pour nous, c'est devenu une habitude de voir toujours de l'action à la maison. C'est certain que c'est plus tranquille quand je vais chez mon père», évoque Brandon.

Pendant que nous nous entretenons avec les parents et les deux plus vieux, certains jouent dans la maison pendant que d'autres écoutent un film. «C'est certain qu'il existe des règles à la maison pour que ça fonctionne. On ne se frappe pas, on ne s'insulte pas, c'est le respect qui prime, évoque la mère. Par contre, c'est certain que je peux avoir un seuil de tolérance plus élevé que certaines familles qui ont moins d'enfants. Il ne faut pas chercher à avoir des enfants parfaits.»

Est-ce que le couple désire concevoir d'autres héritiers? «On verra. Je ne dis pas oui et je ne dis pas non. On y va beaucoup au jour le jour», répond Mylène.

De son côté, Nathan, 10 ans, adore avoir une grande famille. «C'est le fun parce que je m'amuse quand je n'ai pas d'ami. Je joue au hockey, alors j'ai toujours des partisans pour moi dans les estrades», exprime-t-il.