Sections

Quand le festival tisse des liens

Un heureux hasard à saveur country


Publié le 12 septembre 2017

Sylvie Champagne et Sylvie Lemieux et leurs conjoints Marcel Perron et Pierre Denis.

©(Photo TC Media - Myriam Lortie)

RENCONTRE. Un heureux hasard a réuni Sylvie Champagne et Sylvie Lemieux il y a de cela vingt-trois ans, alors que l'une louait un emplacement de camping à l'autre sur son propre terrain lors du Festival Western de St-Tite. Les deux femmes ne se doutaient pas qu'elles tisseraient des liens d'amitié aussi forts… en plus de se découvrir des liens de parenté!  

Les deux femmes n'ont pas su tout de suite qu'elles étaient de la même famille, l'une habitant Saint-Tite et l'autre Sainte-Barbe, près de Valleyfield. Elles se sont connues lors du Festival Western de St-Tite, pendant lequel Sylvie Champagne, comme plusieurs autres résidents de Saint-Tite, héberge des campeurs.

Je l'appelais ma sœur cosmique avant même de savoir que nous étions de la même famille

Sylvie Champagne, Saint-Tite

Dès la première année, les deux femmes se sont liées d'amitié. «Je l'appelais ma petite sœur cosmique parce que je trouvais qu'on avait beaucoup de points en commun», explique-t-elle. D'années en années, elles étaient heureuses de se retrouver à l'arrivée du festival.

Sylvie Champagne et Sylvie Lemieux.
(Photo TC Media - Myriam Lortie)

«Chaque fois qu'elle repartait d'ici on pleurait. On trouvait ça difficile d'attendre encore un an avant de se revoir parce que nous avions tissé des liens serrés», poursuit Sylvie Champagne. «Nous avons commencé à nous appeler, à nous envoyer des messages texte et à s'écrire sur Internet et même à voyager ensemble.»

De la même famille

Quelques années après leur rencontre, les deux femmes ont découvert un lien particulier qui les unissait.

«En prenant un café un soir dans sa roulotte, Sylvie a commencé à me parler de sa famille Barolet à Trois-Rivières. C'est un nom assez peu commun… et ma grand-mère était une Barolet», relate-t-elle. Quelques vérifications plus tard, ils se sont rendu compte que la grand-mère de Sylvie Champagne et le grand-père de Sylvie Lemieux étaient… frères et sœurs.

«Nous avons beaucoup de points en commun, nous avons les mêmes goûts», appuie Sylvie Lemieux. «Nous avons élevé par la même famille, ça doit être pour ça qu'on se rejoint.»

Depuis, elles n'ont jamais brisé ce lien qui les unit et le festival est un moment de réunion privilégié pour elles et leurs conjoints. Même leurs quatre enfants se sont liés d'amitié, ce qui crée de joyeuses retrouvailles chaque année. «On aime se retrouver, c'est toujours aussi intense qu'au début.»

Ouvrir ses portes aux festivaliers

Beaucoup de résidents de Saint-Tite accueillent des festivaliers depuis de nombreuses années, que ce soit en leur louant un espace de camping à même leur terrain ou encore en leur offrant une chambre dans leur maison. Au fil des ans, des traditions se poursuivent et des amitiés se créent.

Sylvie Champagne aime d'ailleurs recevoir en grand, en offrant notamment le petit déjeuner aux chambreurs. «J'ai toujours été élevée dans un commerce. Ça me manquait d'avoir des gens près de moi», confie-t-elle. «Ça crée des liens pour tout le monde, c'est certain!»

«Sylvie prend très soin des gens qu'elle accueille chez elle. Elle est très chaleureuse et accueillante», poursuit Sylvie Lemieux. «On a toujours hâte d'arriver pour voir tout le monde!»