15 mois d’emprisonnement pour Marc Isabelle

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
15 mois d’emprisonnement pour Marc Isabelle
Marc Isabelle.

JUSTICE. Le juge David Bouchard a rendu mercredi matin une sentence de 15 mois d’emprisonnement ferme pour Marc Isabelle, un homme impliqué musicalement à Shawinigan, lui qui a été reconnu coupable le 14 février dernier d’attouchements sexuels, d’incitation à des contacts sexuels sur une personne mineure, de menace et voies de fait.

Le juge a donc coupé la poire en deux puisque la poursuite demandait une peine de 3 ans d’emprisonnement alors que la défense demandait une peine de deux ans moins un jour à être purgé dans la collectivité.

Une probation de deux années s’ajoute aussi à la sentence de 15 mois de prison.

En février dernier, le juge avait annoncé un verdict de culpabilité sur 4 des 18 chefs qui pesaient contre Isabelle. Ce dernier sera inscrit au registre des délinquants sexuels.

Concernant les facteurs aggravants, le Tribunal a retenu quatre éléments: l’infraction a été perpétrée à l’égard d’enfants de moins de 18 ans; il s’agissait un abus d’autorité; un effet important sur les victimes en raison de leur âge et leur vulnérabilité; et la durée et la répétition des gestes.

Pour les facteurs atténuants, on note l’absence d’antécédents judiciaires; les conséquences négatives sur sa conjointe actuelle; et le respect des conditions de remise en liberté.

Il est à noter que la défense a demandé que la cause soit entendue par la Cour d’appel. Une demande de libération devrait être faite par l’avocat Me Yvan Braun. Cette demande devrait être autorisée au cours des prochains jours.

«Je demandais 36 mois d’emprisonnement, alors de toute évidence le juge s’est rendu à une peine plus clémente. Le processus judiciaire a été passablement difficile pour les victimes au dossier, et encore aujourd’hui, c’est une autre étape du processus judiciaire qui est tout aussi difficile», commente la procureure de la Couronne, Me Catherine Vincent.

«Mon client s’attendait à recevoir une sentence. J’avais demandé une peine dans la collectivité, et le juge ne nous a pas donné raison sur ce point. De toute façon, ce dossier ira en appel. Mon client va reprendre sa liberté dans les jours qui suivent avec la requête que nous allons déposer. Le dossier est en appel sur le verdict. Ça peut prendre plusieurs mois pour que la cause soit entendue à la Cour d’appel», exprime l’avocat de la défense, Me Yvan Braun.

Il faut savoir qu’une interdiction de publication est prononcée, donc l’identité des victimes ne peut être dévoilée. Au moment des actes reprochés, il s’agissait de deux enfants mineurs.

Marc Isabelle est coupable d’avoir, entre le 1er janvier 1990 et le 1er mai 1994, touché une partie du corps de la première victime de moins de 14 ans. Il a été reconnu coupable d’avoir, entre le 1er janvier 1990 et le 1er mai 1994, engagé ou incité cette même victime de moins de 14 ans à le toucher. Puis, Isabelle est coupable d’avoir, le ou vers le 20 janvier 2011, sciemment proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles à cette même personne. Marc Isabelle a été reconnu coupable de s’être livré à des voies de fait sur la deuxième victime entre le 3 septembre 1996 et le 3 septembre 2010.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des