1985, une année mémorable pour Marc Damphousse

Par superadmin

En 1985, les Cataractes de Shawinigan étaient une puissance de la LHJMQ, ce qui allait leur permettre de recevoir la Coupe Memorial pour avoir terminé au premier rang du classement général. Originaire de Saint-Tite, l’attaquant Marc Damphousse terrorisait les gardiens adverses à l’époque et il se souvient comme si c’était hier de cette année riche en émotion.

À l’époque, la ligne composée de Sergio Momesso, Mario Bélanger et Marc Damphousse fait la pluie et le beau temps dans le circuit Morissette. L’entraîneur Ron Lapointe mène son équipe de main de maître et celle-ci termine la saison régulière en tête du classement général, ce qui leur assure de recevoir la prestigieuse Coupe Memorial. Éliminés en séries éliminatoires par le Canadien Junior de Verdun, les Cats n’ont alors qu’un seul objectif en tête, remporter le tournoi d’après-saison pour leurs partisans. «Aux transactions, nous avions été chercher deux gars à la dernière minute pour colmater des brèches, mais notre équipe avait la crème de la ligue», explique Marc Damphousse, qui avait terminé au deuxième rang des pointeurs au Canada avec un impressionnant total de 160 points (65b, 95a).

Pour remporter la Coupe Memorial, Shawinigan devra battre Verdun, Sault Ste Marie et Prince Albert. «L’équipe de l’Ouest était plus physique, mais avait moins d’habiletés que les joueurs du Québec. Pour les autres équipes, venir jouer à l’aréna Jacques Plante, c’était vraiment intimidant. L’atmosphère était incroyable puisque les partisans étaient très proches de la patinoire», se souvient Damphousse.

Après avoir profité de trois semaines de congés, où l’équipe avait pratiqué d’arrache-pied pour être prête pour la Coupe Memorial, le tournoi se met en branle. «Nous avions vraiment le vent dans les voiles, mais en finale, le tournoi a été déplacé à Drummondville en raison des réseaux de télévision. Nous allions affronter Prince Albert pour le championnat et avec le recul, je suis sûr à 100% qu’on aurait remporté la Coupe Memorial si elle avait été présentée à Shawinigan», affirme-t-il. L’équipe de l’Ouest remporte finalement les honneurs devant des partisans et des joueurs, qui ont peine à croire ce qui vient d’arriver.

«Une grosse déception»

La Coupe Memorial glisse donc entre les doigts des Cats, qui avaient pourtant dominé leurs adversaires en première période. «Ils n’avaient même pas touché à la rondelle, mentionne Marc Damphousse. C’est réellement dommage, car il y avait une véritable fébrilité à Jacques Plante. Même à l’époque, c’était très gros et pour les partisans, ça a été une grosse déception».

Pour les joueurs shawiniganais, la défaite en finale de la Coupe Memorial est indescriptible. «C’était un rêve. Sur la glace, on avait mis tellement d’efforts et de sueur pour ça. En fin de compte, c’était un peu comme la Coupe Stanley. Nous y avons toujours cru, mais en fin de deuxième période…», laisse-t-il tomber. Avec le retour du tournoi à Shawinigan en mai, l’ancienne gloire des Cataractes n’a aucun doute que la présentation de cet événement d’envergure sera un véritable succès. «Pour l’économie locale, ce sera très gros. Je ne suis pas inquiet que ce sera un bel événement».

Invité par les Nordiques de Québec

Après la saison, les Nordiques invitent Marc Damphousse à leur camp d’entraînement et il compte lui donner une chance sur la même ligne que nul autre que Peter Statny. «J’ai pris part à un match préparatoire avec Shawinigan comme 20 ans et on jouait contre Hull. Wayne Gretzky venait d’acheter l’équipe et l’ambiance était survoltée là-bas. Le bagarreur Ricky Hayward décide de m’empoigner pendant une escarmouche et en tombant, mon ligament s’est déchiré. Ce fût la fin de ma carrière», mentionne-t-il.

Malgré une belle carrière au niveau professionnel en Europe et aux États-Unis, Marc Damphousse affirme que ne pas avoir atteint la Ligue nationale de hockey est encore difficile à accepter aujourd’hui. «Avoir pris le temps dans la Ligue américaine de hockey, j’aurais peut-être eu la visibilité pour monter dans la LNH. Le plus dur, c’est de voir que plusieurs joueurs autour de toi ont réussi», avoue-t-il.

Aujourd’hui, Marc Damphousse est propriétaire du Gym Énergie GPS, situé à Saint-Tite. «C’était important pour moi de redonner à ma région. Je voulais donner aux gens la possibilité de s’entraîner avec des équipements de qualité et de les aider avec mon passé dans le sport».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des