La relève bénévole du Noël du pauvre

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
La relève bénévole du Noël du pauvre
Sébastien Nadeau est le responsable des bénévoles impliqués dans le barrage routier du Noël du pauvre à Shawinigan depuis 11 ans. (Photo : (Photo l'Hebdo Patrick Vaillancourt))

GÉNÉROSITÉ. Après s’être impliqué dans le barrage routier du Noël du pauvre alors qu’il était un élève au Séminaire Sainte-Marie (SSM), Sébastien Nadeau avait 17 ans lorsqu’on lui a confié la responsabilité de gérer les bénévoles impliqués dans le barrage routier annuel.

Souvent, on entend des différents organismes que leurs bénévoles vieillissent et qu’il n’y a plus de relève. Le Noël du pauvre à Shawinigan peut toutefois compter sur l’implication de Sébastien Nadeau. Âgé de 28 ans, voilà 14 qu’il s’implique au sein de la campagne dont 11 années à titre de responsables de la centaine et plus qui oeuvrent lors du barrage routier annuel.

Le Shawinignais a goûté au bénévolat pour la première fois alors qu’il avait 8 ans. «Ma mère Denise Boutin est dans le Club Lions depuis longtemps, et c’est elle qui m’a incité à m’impliquer lors d’une activité lave-auto à Grand-Mère quand j’avais 8 ans.»

À 14 ans, Sébastien a fait partie de la brigade du SSM pour le barrage routier du Noël du pauvre. «C’est à partir de ce moment que ça fait une différence pour moi. J’étais très gêné à l’époque et j’avais de la difficulté à parler avec le public.»

Après trois ans d’implication comme élève, Sébastien est allé voir l’enseignant Roger Larivière qui était en charge des jeunes du SSM à l’époque, et lui a offert de l’aide pour s’occuper d’un coin de rue. «Il m’a répondu: “Qu’est-ce que tu dirais de t’occuper de Shawinigan au complet?” Ç’a été une surprise. Honnêtement c’est lui qui m’a lancé! J’ai hésité longtemps avant d’accepter, parce que ce n’était pas une petite responsabilité. Il faut former les équipes, les coordonner, les encourager, d’aller rencontrer les entreprises pour des commandites afin que les bénévoles puissent avoir un certain confort.»

«On pense que les gens dans le besoin c’est seulement les gens qu’on voit dans la rue, mais ce n’est pas vrai. Il y a des usines qui ont fermé et des personnes qui ont perdu leur emploi. C’est difficile pour ces personnes de demander de l’aide. J’aime l’esprit d’entraide qui règne autour du Noël du pauvre. C’est pour toutes ces raisons que je m’implique», affirme le jeune homme de 28 ans.

Il y a quelques semaines, l’Hebdo présentait un portrait du bénévole Roger Hammond, qui donne de son temps depuis 58 ans sur les 60 années d’existence du Noël du pauvre. «Je ne lâcherais jamais le Noël du pauvre. J’aimerais pouvoir dire comme M. Roger Hammond que ça fait 58 ans que je m’implique. Je pense que je suis sur une bonne lancée!»

Pas moins de 70 à 80 jeunes du SSM s’impliquent pour la journée du barrage, et une trentaine d’autres personnes, pour une moyenne de 100 à 120 bénévoles annuellement seulement pour la journée du barrage à Shawinigan.

En plus de s’impliquer au Noël du pauvre, Sébastien a aussi mis du temps au Club Lions, au Duché de Bicolline depuis 11 ans comme soigneur, et à l’Association générale étudiante (AGÉ) du Collège Shawinigan.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des