Un nouveau Café-Boutique ouvre ses portes au centre-ville de Shawinigan

Par danielbirru
Un nouveau Café-Boutique ouvre ses portes au centre-ville de Shawinigan
Michaël Whitney, la directrice du CJE Geneviève Boivin, Floriane Coué-Bordeleau, Jean-Paul Jutras, la députée Marie-Louise Tardif ainsi que Christine (Photo : L'Hebdo - Daniel Birru)

RESTAURATION. Le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de Shawinigan a fait l’annonce mardi matin de l’ouverture du Café-Boutique Le Wilson, qui sera situé dans les locaux adjacents à ceux de l’organisme, au centre-ville. Comme l’expliquent les organisateurs, cette nouvelle boutique entraînera de multiples retombées positives au sein de la communauté.

En plus de donner l’opportunité aux jeunes qui fréquentent le Carrefour d’obtenir un emploi sur une base permanente, cette nouvelle boutique qui se spécialisera en fabrication de café mettra de l’avant de nombreux aspects que visent à préconiser les jeunes qui font partie du CJE, à savoir un modèle d’économie sociale et une approche d’écoresponsabilité. Comme l’explique Geneviève Boivin, directrice du CJE, le modèle que suivront les employés sera orienté vers l’avenir.

« Ici, on va au-delà de la théorie, les jeunes vont apprendre et développer des compétences dans l’action. Ils vont vivre tous les aspects qui entourent la gestion d’un café-boutique en s’inspirant du modèle de l’économie sociale. De plus, l’approche écoresponsable qu’on y préconise fait du Wilson un café qui est orienté vers l’avenir, » mentionne Mme Boivin.

Geneviève Boivin veut tenter de développer l’entreprise de façon qu’elle puisse assurer un accompagnement continu avec les jeunes qui y travailleront. En entrevue, elle explique qu’elle veut pouvoir cibler les plus grands défis auxquels ils peuvent faire face, tant au niveau de certaines habiletés qu’ils seront appelés à faire que du savoir-être.

« On regarde vraiment les jeunes pour réussir à les aider. Parfois, il y en a qui peuvent être prêts à intégrer un emploi, mais ils ont des enjeux au niveau de l’anxiété. C’est pour ça qu’il y a des intervenants avec eux, pour les accompagner là-dedans. »

En plus de contribuer à la formation de ces jeunes, ce processus d’accompagnement aidera également les jeunes à se démarquer et à se faire connaître auprès de la population, particulièrement au niveau des commerces du centre-ville. Mme Boivin assure qu’elle ne veut pas amorcer une compétition entre les commerçants, mais que le Wilson servira plus de lieu de rassemblement pour les occupants du centre-ville.

Le Wilson offrira des cafés de spécialité équitable de la brûlerie Saint-Maurice à ses clients, de même que des collations végétaliennes et des smoothies. Les employés se serviront uniquement de contenants biodégradables pour verser leur contenus.

Un investissement important

L’ouverture de ce Café-Boutique est rendu en partie possible grâce à une contribution financière de 255 656$ de la part du gouvernement. La députée provinciale locale, Marie-Louise Tardif, a parlé d’un projet innovateur important pour aider aux jeunes de la région à rejoindre le marché du travail.

« L’insertion des jeunes qui ne sont pas actuellement sur le marché du travail entre 16 et 35 ans […] est une ressource extraordinaire. C’est un potentiel pour le milieu de travail, et il faut les aider à se reprendre en main, à acquérir une certaine assurance. […] On espère réussir à insérer ces jeunes-là dans le milieu du travail, et peut-être même à retourner aux études, que ce soit en restauration, en hôtellerie ou même au service à la clientèle, » mentionne Mme Tardif.

Le Wilson est présentement ouvert aux clients. Ceux-ci pourront aller se chercher un café chaud pour commencer leur journée à compter de 8 h 30, et ce jusqu’à 13h, du lundi au vendredi.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires