André Trudel : de maître brasseur à vigneron

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
André Trudel : de maître brasseur à vigneron
André Trudle et son partenaire Giovanni Campari, dans le vignoble de Cantina San Stevia, dans la région de Ligurie, en Italie. (Photo : courtoisie)

ALCOOL.  Discret depuis la vente du Trou du Diable (TDD) il y a cinq ans, André Trudel fait un retour remarqué cette semaine dans l’univers des alcools en lançant, ô surprise, un vin produit en Italie… 

L’alchimiste du houblon derrière La Buteuse, La Grivoise, L’Apocalypso et plusieurs autres brassins qui ont fait la renommée de la microbrasserie shawiniganaise s’est lancé dans cette nouvelle aventure avec Giovanni Campari, fondateur de la microbrasserie italienne Del Ducato, avec qui il avait signé quelques bières collaboratives du temps du TDD.

« On tripe tous les deux sur la bière, mais on a toujours eu la passion du vin », explique André Trudel qui a commencé à semer les germes ce projet il y a trois ans lors d’une visite chez son ami dans la région de Ligurie, au nord-ouest d’Italie sur le bord de la mer. Ayant baigné dans le houblon les deux dernières décennies, c’est en toute logique sous le nom de Wine Brewers que le tandem commercialisera sa ligne de vin dans l’avenir.

Vin orange et rosé foncé

Utilisant les raisins du cépage Vermentino provenant du vignoble Cantina San Stevia en Ligurie, c’est par Is This It, un vin orange – vieilli 8 mois en cuve inox et en vieux fût de chêne avant d’être remélangé – aux notes de pêche, d’abricot et de poivre rose que les Wine Brewers casse la glace.

« On travaille vraiment dans la philosophie des vins nature. On n’ajoute pas de levure, pas d’enzymes, pas de bactéries et à la limite, pas de sulfites », souligne André Trudel qui procédera au lancement officiel de son premier vin ce mercredi 14 décembre lors d’un 5 à 7 au Buck, à Trois-Rivières.

Cette première cuvée du millésime 2021 a rapporté 2500 bouteilles que les deux partenaires se sont séparés à parts égales. « J’ai 200 caisses de 6 bouteilles que je commercialise au Québec par une agence privée (QV). J’en ai 100 présentement et j’en recevrai 100 autres au printemps prochain. » Pour le millésime 2022 qui sera lancé à l’automne 2023, les Wine Brewers reviendront avec le Is This It, mais dans une version plus rafraîchissante. « Celui-là, on le fait fermenter dans une cuve de béton en forme d’œuf. Ça va donner un vin plus pour les apéritifs », prévoit André Trudel.

C’est en fait quatre cuvées qui devraient produire un total de 11 000 bouteilles qui sont présentement en préparation en Italie. Le duo a notamment fait fermenter des raisins provenant de vignes Vermentino, cépage roi dans les blancs en Ligurie, avec un pinot noir provenant d’un vignoble en Lombardie. « Ça va donner un rose foncé qu’on voit surtout en Autriche et qu’on appelle là-bas full blend. »

André Trudel et Giovanni Compari se décrivent comme des gypsys wines makers qui comptent produire leurs vins chez des propriétaires-vignerons acceptant ce type de partenariat. « Présentement, on est à Cantina San Stevia, mais on a ciblé un plus gros vignoble au nord-est de Venise qui travaille avec le cépage Friulano. On prévoit y aller pour 2023 ou 2024 », révèle l’ancien cofondateur du TDD.

Un whisky suisse…

Parallèlement à cette incursion vinicole qui occupera une part importante de son temps à l’avenir, André Trudel a fait un détour dans le monde des spiritueux. Le Shawiniganais avait investi il y a trois ans dans l’entreprise d’un ami suisse, Salim Hogga, qui se spécialise dans la vente de whisky haut de gamme provenant des réserves de grands producteurs en Écosse. Whisky Is The Limit (whiskyisthelimit.ch) propose une version plus jeune et plus funky de l’image plus conservatrice du whisky traditionnel.

« Au départ, mon appui était financier, mais je lui ai proposé il y a quelques mois qu’on fasse notre propre whisky. Je suis monté là-bas et on a brassé notre mout de whisky dans une microbrasserie d’un de mes amis. On a amené ça dans une distillerie locale puis on l’a fait vieillir dans des tonneaux de chêne. Ça a donné un whisky 100% Suisse, fait avec du malt de Genève, de l’eau de Genève, brassé dans une microbrasserie de Genève et vieillie dans une distillerie de Genève. Je suis pas mal fier de ça », raconte André Trudel.

… et une liqueur bécancouroise

Enfin, le maître brasseur a aussi renoué professionnellement avec son ami Isaac Tremblay, désormais à la Distillerie du Quai à Bécancour. Les deux anciens du TDD ont concocté un bitter qui sera lancé dans les prochains jours.

« Durant la pandémie, je me suis m’y à m’intéresser aux liqueurs d’herbe comme les amaros ou les bitters qui sont très populaires en Italie. J’ai préparé des recettes pas mal intéressantes et avec Isaac, on a des projets qu’on veut développer à la Distillerie du Quai. C’était le fun de se retrouver ensemble à faire un projet de A à Z comme dans le temps au début du Trou du Diable. »

André Trudel ne dit pas qu’il ne renouera pas un jour avec son premier amour, la bière, mais pour l’instant, il dit vouloir se consacrer au vin et aux liqueurs d’herbe. Il dit retrouver dans ces projets l’esprit artisan qui le stimulait aux premières années du Trou du Diable. « Je n’ai pas dit mon dernier mot pour la bière, mais pas pour tout de suite », termine-t-il.

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
marc thibodeau
marc thibodeau
1 mois

Bravo .. André et continue de créer du plaisir en bouteille, pour épancher notre grande soif éternelle !!