Au cœur du Sahara marocain

Photo de Sandra Lacroix
Par Sandra Lacroix

L’une au tempérament calme et l’autre plus explosif, Katia Tousignant et Claude Paquin s’embarquent dans une grande aventure. Du 13 au 27 mars, elles affronteront le désert marocain au volant d’un camion, lors du célèbre Rallye Aïcha des Gazelles.

Prête à réaliser un rêve de très longue date, Katia Tousignant s’est tournée vers son amie Claude Paquin, il y a près de deux ans. Natives de Lac-aux-Sables et Hervey-Jonction, les deux complices ont donc entrepris l’organisation de leur périple dans le sable, qui ne sera certainement pas de tout repos. «Nous allons rouler 12 à 15h de camion par jour, et le rallye dure neuf jours», affirme Katia Tousignant.

Munies d’une boussole et de cartes pour s’orienter, les aventurières prendront d’assaut le désert du Maroc. À bord de leur camion de rallye numéro 122, elles tenteront de rallier les points de passage obligatoires pour remplir leur mission et réaliser leur défi.

«C’est vraiment une première pour nous. La boussole, les cartes, etc. Mais nous sommes bien encadrées et nous avons suivi quelques formations pour bien comprendre», raconte le duo.

Le Rallye Aïcha des Gazelles est une aventure unique en son genre, uniquement réservée aux femmes. Un parcours de 2500 kilomètres dans le désert du Maroc. Chaque année, une centaine d’équipes tente l’expérience aux commandes d’un camion, d’une jeep, d’un VTT, d’une moto ou d’un autre véhicule de rallye.

Cette année, le Rallye souligne ses 20 ans d’existence et a choisi d’en mettre plein la vue aux participantes.

Pour affronter cette immersion de dix jours au cœur du Sahara marocain, Katia Tousignant et Claude Paquin devront s’armer d’endurance, de détermination et de courage, repoussant sans cesse leurs limites. «Ça fait 20 ans que ce rallye existe. S’il y en a d’autres personnes qui ont pu le faire, on en sera aussi capable», mentionne Claude Paquin.

Évidemment, un défi du genre regorge de nombreux obstacles: la température, la fatigue, l’absence de repères… et les surprises du désert. C’est d’ailleurs pourquoi elles devront s’entraider, entre elles et avec les autres concurrentes.

«Quand je me lance dans quelque chose, je n’abandonne pas. Je ne réalise pas encore, mais je suis toujours aussi motivée», lance Katia Tousignant.

«Personnellement, c’est un défi de dépassement de soi-même. On sort de nos pantoufles. Je veux vraiment voir si je suis capable de faire ça», ajoute Claude Paquin.

À l’issue de ce périple, le principal prix est l’honneur. Néanmoins, les filles espèrent revenir avec le sentiment d’une mission accomplie et du dépassement de soi. «C’est une compétition évidemment, mais on est là avant tout pour s’amuser.»

Une aventure de 40 000$

Depuis maintenant un an, les deux gazelles se préparent avec motivation pour leur défi. En fait, les dépenses nécessaires pour participer au Rallye Aïcha des Gazelles s’élèvent à environ 40 000$ (inscription, véhicule, billets d’avion, pièces mécaniques, etc.).

Elles ont donc organisé plusieurs activités pour financer leur périple, comme un golf de nuit, des soirées poker, un souper spaghetti, un rallye automobile, vente de chocolat et bien d’autres. Elles ont aussi mis en vente plusieurs objets promotionnels pour soutenir leur cause.

Plusieurs commanditaires se sont également joints à leur projet: Forage LBM Victoriaville, Meuble Jacob, Lettrage Plamondon, Centre informatique Micromédia, Mag 2000, etc.

De plus, Le 7 février, une soirée du Super Bowl est organisée au bar Le Reflet à Saint-Tite. Les billets sont en vente au coût de 25$, comprenant une casquette, une consommation, le souper ainsi que plusieurs prix de présence.

Il est possible de se procurer des billets pour la prochaine activité de financement, le Super Bowl le 7 février, au bar Le Reflet de Saint-Tite, ou en contactant Katia au 819 840-6005 ou Claude au 819 699-0961. Pour obtenir plus d’informations sur le projet, visitez le site Internet www.gaz-elles.net.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires