« Ça s’en vient. Ça s’en vient. Découragez-vous pas »

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
 « Ça s’en vient. Ça s’en vient. Découragez-vous pas »
Avant la pelletée de terre protocolaire effectuée par les ministres Lebouthillier et Champagne ainsi que le maire Michel Angers, une cérémonie traditionnelle atikamekw a été menée par Herman Niquay. La nation atikamekw était également représentée par Yann Gélinas, directeur général du Conseil de la Nation Atikamekw. (Photo : L'Hebdo - Bernard Lepage)

ÉCONOMIE.  C’est en reprenant les paroles d’une chanson d’une compatriote de la Gaspésie, La Bolduc, « Ça s’en vient. Ça s’en vient. Découragez-vous pas », que la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, a débuté son allocution à l’occasion de la pelletée de terre protocolaire annonçant le coup d’envoi de la construction du nouveau Centre national de vérification et de recouvrement (CNVR) à Shawinigan. 

Annoncée une première fois en février 2019, c’est finalement trois ans plus tard que le chantier se met en branle. Évalué à près de 150 millions$, le bâtiment de 4 étages et d’une superficie de 18 000 mètres carrés  sera certifié LEED Or et BOMA BEST Or,  ce qui en fera « l’édifice fédéral le plus moderne, le plus vert et le plus technologie dans l’est du Canada », a déclaré le député de Saint-Maurice – Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

« Il a fallu par contre donner des coups de poing sur la table pour que ça se fasse chez nous », a-t-il rappelé. La ministre Lebouthillier a d’ailleurs renchéri en rappelant qu’à son arrivée au ministère du Revenu national en 2015, les plans du gouvernement conservateur précédent étaient de rapatrier dans les grands centres le traitement des déclarations d’impôt. « Avec François-Philippe, on fait un bon team de cheval. On avance dans la même direction et on est là pour protéger les régions. »

Même si la majorité des employés sont encore en télétravail aujourd’hui, c’est près de 2100 personnes qui intégreront le nouvel édifice lorsqu’il sera terminé à la fin de 2024. Plus de 1600 sont affectés au CNVR tandis que 500 autres sont répartis entre Emploi et développement social Canada et Services partagés Canada.

La ministre Lebouthillier a d’ailleurs salué le travail des fonctionnaires de la Mauricie ces deux dernières années. « Le gouvernement a mis en place neuf programmes pour tous les Canadiens durant la pandémie et qui ont été gérés par les gens d’ici. C’est aussi trois saisons des impôts qu’on a dû traverser. C’est un travail incroyable qui a été fait », a-t-elle souligné, adressant des remerciements au personnel.

Présent lui aussi, Michel Angers a remercié pour sa part les ministres Champagne et Bouthillier. « Ce centre aurait pu être n’importe où ailleurs au Canada, mais c’est ici qu’il sera construit. Et ça, ça a pris un élan politique. L’engagement de deux ministres et d’un gouvernement « , a lancé le maire de Shawinigan.

Il a aussi profité de l’occasion pour revenir sur les accusations de ses adversaires durant la dernière campagne électorale. « On m’a accusé, tout comme François-Philippe Champagne durant sa campagne, de me servir du centre fiscal comme un tremplin électoral. Si j’ai participé à des manifestations pour conserver 2000 emplois ici à Shawinigan, c’est dans l’unique but de supporter le plus grand moteur économique de Shawinigan et de la Mauricie », a terminé le maire qui a aussi rappelé que c’est à Jean Chrétien qu’on doit la présence de ce fleuron dans la région.

Rappelons qu’une fois la construction terminée, le centre fiscal actuel sera déconstruit et l’espace vacant sera converti en stationnement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires