Cognibox passe aux mains d’intérêts britanniques

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Cognibox passe aux mains d’intérêts britanniques
Cognibox offre des services professionnels spécialisés pour accompagner les entreprises dans leurs processus de sécurité de la chaîne d'approvisionnement et de contrôle des risques. (Photo : (Archives L'Hebdo))

AFFAIRES.  L’entreprise shawiniganaise Cognibox appartient désormais à 100% au groupe Alcumus, une société dont le bureau chef est situé à Londres, au Royaume-Uni. 

Dans une transaction dévoilée le 30 juin dernier, Alcumus se dit fier d’acquérir « un fournisseur canadien de solutions de bout en bout pour la gestion des sous-traitants, la formation et la conformité des employés. »

Pour le chef de la direction, Georges Karam, il s’agit du partenaire idéal pour que Cognibox puisse passer à l’étape suivante. « Alcumus œuvre dans le même domaine que nous, mais nos produits sont complémentaires. Pour eux, Cognibox représente une opportunité de percer le marché nord-américain », explique l’investisseur bien connu qui est entré dans l’actionnariat de la PME shawiniganaise en mai 2019.

Avec cette transaction, Alcumus soutiendra désormais un réseau mondial de plus de 50 000 sous-traitants et de plus de 600 donneurs d’ordres. Cognibox est la sixième acquisition d’Alcumus à l’échelle mondiale, la troisième en Amérique du Nord et la première au Québec.

Georges Karam souligne que depuis son arrivée, d’importantes sommes d’argent ont été investies pour développer le marché international et chercher des comptes majeurs. « Quand une compagnie comme Cognibox commence à avoir du succès, ça ouvre les yeux des investisseurs. On a été approché par Alcumus mais aussi par d’autres entreprises mais nous voulions trouver le partenaire idéal pour s’assurer que nos employés aient des opportunités additionnelles de grandir avec la compagnie mais aussi pour nos clients afin qu’ils aient accès à plus de produits et plus de supports. Nous avons été très sélectif dans notre choix. »

Selon le chef de la direction, c’est une bonne nouvelle pour Shawinigan. « L’objectif n’est pas d’éliminer des postes pour créer de la synergie. Au contraire, on va avoir plus de clients et plus de produits, on va donc accélérer le recrutement », explique Georges Karam qui avait habitude de venir une fois par semaine au siège social même si l’entreprise avait ouvert un bureau satellite à Montréal il y a deux ans.

« Depuis deux ans, 90% de nos employés travaillent à distance et ça va continuer comme ça même si ça veut dire qu’on a un grand bureau vide trois ou quatre jours par semaine. Nous aurons toujours avoir besoin d’une place d’affaires pour se rencontrer. On ne peut avoir de compagnie sans cœur », illustre celui qui était justement en déplacement pour affaires au Costa Rica au moment de l’entrevue.  

Période de transition

Rappelons que Georges Karam s’était joint à l’actionnariat de Cognibox en 2019 en compagnie de BDC Capital (division d’investissement de la Banque de développement du Canada), de Fondaction (Fonds de travailleurs de la CSN) et du fonds privé Groupe W Investissement.  Celle qui incarnait jusque-là Cognibox, Chantal Trépanier, demeurait sur le conseil d’administration mais en tant qu’administratrice silencieuse.  

« Alcumus est maintenant propriétaire à 100% de Cognibox. Pour ma part, je demeure en poste pour le moment. Mon objectif est de m’assurer que les objectifs de la transaction sont atteints , ainsi que l’intégration des équipes . Une fois que ce sera complété, je prendrai la décision de mon prochain projet », conclut Georges Karam. 

Soulignons que Cognibox soutient aujourd’hui des entreprises dans plus de 30 pays sur tous les continents et dans de multiples secteurs. Sa technologie et ses services aident les organisations à entrer en contact avec des fournisseurs sûrs, durables et socialement responsables dans un écosystème qui permet d’améliorer le processus de préqualification et d’accroître les occasions d’affaires pour les fournisseurs locaux, tout en donnant aux entreprises une visibilité totale des risques dans les chaînes d’approvisionnement complexes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires