De Canal Famille aux guitares Seagull

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
De Canal Famille aux guitares Seagull
Mario Vallée est le graphiste derrière le fameux logo de la chaîne Canal Famille qui vient de faire l'objet d'un livre retraçant son histoire. (Photo : Noémie Vallée)

COMMUNICATION.  De Canal Famille aux fameuses guitares Seagull en passant par le nouveau sigle du Parc de l’Île Melville, Mario Vallée est le créateur anonyme derrière les identités visuelles de centaines de produits ou d’organisations qui tapissent notre environnement quotidien. 

À l’occasion de la parution récente d’un livre retraçant l’histoire de Canal Famille – devenu Vrak TV – plusieurs lecteurs ont été agréablement surpris d’apprendre que le fameux arbre emblématique identifiant la chaîne de télévision pour enfants avait été créé par un Shawiniganais.

« J’avoue que je suis bien fier de celui-là. J’ai toujours aimé les arbres. C’est un symbole de culture, d’accomplissement, d’attachement à la vie et de jeu, confie Mario Vallée qui œuvre dans l’univers des communications graphiques depuis plus de 40 ans après l’obtention d’un diplôme au Cégep de Sherbrooke.

De retour dans sa ville natale, il débute dans le métier en créant des affiches et outils de communication pour des organismes communautaires et culturels de la région à partir de son atelier situé dans l’ancienne école Sacré-Cœur, dans le quartier Saint-Marc, avant qu’elle ne soit détruite.

La fierté d’un guitariste

De son propre aveu, c’est le mandat de confectionner au début des années 1980 le logo de la ligne de guitares Seagull, de Guitares Godin, qui l’a propulsé dans les ligues majeures. « Le Comptoir Musical Fillion au centre-ville était un bon client de Robert Godin et par contact interposé, j’ai obtenu le mandat. Pour un gars comme moi qui joue de la guitare, c’était tout un honneur », se rappelle Mario Vallée, fier de voir son goéland encore reproduit aujourd’hui sur les manches des réputées guitares classiques distribuées partout dans le monde.

De fil en aiguille, les contrats s’accumulent et les clients, de plus en plus importants comme des publications corporatives pour Bain Ultra ou les rapports annuels de la Société du Parc Industriel et Portuaire de Bécancour qu’il dessert depuis maintenant près de 40 ans. Mario Vallée est notamment derrière le magazine Premier Choix, de la nouvelle chaîne Super Écran dans la décennie 1980. C’est d’ailleurs en côtoyant ce diffuseur qu’il sera amené à créer le logo du Canal Famille quelque temps plus tard.

« J’aurais pu continuer à travailler à Montréal, mais j’ai toujours eu un attachement pour ma région, et plus particulièrement pour ma ville », souligne celui qui aura par la suite travaillé pendant 24 ans dans la boîte de communication Egzact à Trois-Rivières, dont les dernières années comme associé et directeur artistique.

Simple mais substantiel

Revenu à Shawinigan comme travailleur autonome en 2010 en créant l’entreprise Tac Tac Espaces Profitables, la création de logos n’est aujourd’hui qu’une part du travail du Shawiniganais, mais il en connaît tous les secrets.

« Un logo, c’est un marqueur, quelque chose que les gens vont mémoriser. Il doit être hyper simple, mais en même temps, donner une substance. C’est pourquoi il ne faut pas le changer aux cinq ou six ans. Il y a plusieurs règles pour avoir un bon logo, mais la première, c’est d’être visible, d’accrocher l’œil », rappelle Mario Vallée qui est l’homme derrière le dernier logo des Draveurs de Trois-Rivières, mais aussi de ceux de la Librairie Sauvageau, de l’ancienne Ville de Shawinigan-Sud, de la Classique de canots, du CNETE et de centaines d’autres.

La création de logos est aujourd’hui un défi constant alors qu’il faut éviter de se rapprocher de quelque chose qui existe déjà. « Moi, je pars toujours de la réalité de l’entreprise. Je discute avec les gens pour connaître ce qui les motivent, leurs enjeux. Souvent, ça me donne des indices pour amorcer mon travail », poursuit le graphisme qui a contribué au renouvellement de l’image de Société Laurentide il y a quelques années.

Mario Vallée partage aujourd’hui son expérience et son expertise en s’impliquant dans différentes organisations à la Ville comme le Comité consultatif d’urbanisme et au Conseil local du patrimoine ou encore comme administrateur à Tourisme Shawinigan et au Parc de l’Île Melville.  « C’est important pour moi et c’est une fierté d’être un humble acteur dans le renouvellement de notre ville », conclut-il.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires