Delastek associée au projet de Flying Whales

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Delastek associée au projet de Flying Whales
Flying Whales compte construire deux usines pour assembler ses dirigeables : une en France et une seconde au Québec. Certaines villes, comme Trois-Rivières, feraient déjà des démarches auprès de l'entreprise pour l'attirer chez elles. (Photo : courtoisie Flying Whales)

AFFAIRES.  Delastek a été choisie pour fabriquer les cabines de pilotage d’un tout nouveau moyen de transport aérien révolutionnaire destiné à transporter des pièces surdimensionnées dans les régions éloignées ou peu accessibles. 

Avec le motoriste Pratt & Withney et Thales Canada, l’entreprise de Shawinigan est l’un des trois partenaires qui s’associent à Flying Whales pour la construction du LCA60T, un dirigeable mesurant 200 mètres de longueur par 60 mètres de diamètre dans sa partie la plus large.

« C’est un gros projet, confirme Andy Lessard, directeur du développement des affaires chez Delastek, l’entreprise fondée par son père Claude Lessard en 1984. C’est évidemment l’expertise reconnue de la PME shawiniganaise dans la fabrication des cabines des avions A220 (ancien CSeries de Bombardier) d’Airbus qui a incité Flying Whales à l’associer à l’ambitieux projet dans lequel le gouvernement du Québec a déjà investi 75 millions$.

« En termes de largeur, ça va ressembler à ce qu’on fait pour les avions, mais c’est très différent comme géométrie », ajoute-t-il. En plus du cockpit, les ingénieurs de Delastek devront concevoir l’aire de repos de l’équipage ainsi que la cabine du grutier responsable de charger et décharger le matériel.  

Avec sa soute de 96 mètres de longueur par 8 mètres de largeur et 7 mètres de hauteur, ce zeppelin des temps modernes aura une capacité de charge de 60 tonnes. Effectuant ses décollages et atterrissages à la verticale, le dirigeable chargera et déchargera le matériel en vol stationnaire. Son promoteur fait valoir la possibilité par exemple de transporter sur des milliers de kilomètres des pales d’éoliennes, des turbines hydrauliques ou des équipements forestiers et miniers dans des régions éloignées du Grand Nord canadien.  

Delastek n’est qu’au début du processus et c’est conséquemment une partie de son équipe d’ingénieurs et de techniciens du secteur Grand-Mère qui travaille sur le LCA60T. « C’est notre façon de faire chez nous. Le design et l’ingénierie se font à Shawinigan tandis que la majorité de la production est à nos usines de Plattsburgh, aux États-Unis, et à Querétaro, au Mexique », explique Andy Lessard, qui était justement dans les installations mexicaines de l’entreprise, lorsque rejoint par L’Hebdo.

Dans le cas du futur dirigeable cargo cependant, du fait de la participation financière du gouvernement, son assemblage se fera au Québec dans une nouvelle usine dont l’emplacement n’a pas encore été précisé. En conférence de presse au début du mois de septembre, les patrons de Flying Whales parlaient d’un horizon d’environ cinq ans avant de voir un premier appareil voler et d’une trentaine de lettres d’intention signées par des clients potentiels.

Le directeur du développement des affaires souligne que présentement, les espaces disponibles à l’usine de Shawinigan répondent aux besoins, mais que lorsque les premières commandes arriveront, il y aura une réflexion et une analyse à entreprendre. L’option de se rapprocher de l’emplacement où se fera  l’assemblage final n’est pas à écarter souligne Andy Lessard.

Plus de 70 personnes travaillent à l’usine de Delastek à Shawinigan contre une centaine dans celles aux États-Unis et au Mexique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires