Deux Shawiniganais créent Patrimoine Sainte-Flore

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Deux Shawiniganais créent Patrimoine Sainte-Flore
Micheline Pagé et Daniel Arvisais, fondateurs de Patrimoine Sainte-Flore. (Photo : Bernard Lepage)

COMMUNAUTÉ. Lorsque Micheline Pagé a mis les pieds pour la toute première fois à Sainte-Flore, village natal de son conjoint Daniel Arvisais, elle s’est retournée vers lui et a dit : « À la retraite, je m’en viens ici! » Et c’est exactement ce que le couple a fait en 2012. Dix ans plus, c’est toujours par amour pour leur village que Daniel et Micheline créent Patrimoine Sainte-Flore.

Patrimoine Sainte-Flore se déploie en deux volets, soit l’aide communautaire et la mise en valeur du patrimoine. « On voulait simplement un organisme qui pourrait venir en aide aux organisations de Sainte-Flore, à notre communauté, et leur donner un coup de main à l’obtention de subventions et de financement », explique Daniel Arvisais.

 « Tout ça a commencé avec deux petits pots que Daniel et moi avons décidé de déposer, avec une affiche, à côté des Prions en église. Les gens ont commencé à y mettre des sous, et depuis 1 an, les gens font des dons généreux! C’est à partir de ça qu’est né Patrimoine Sainte-Flore », révèle Micheline Pagé.

La première à bénéficier de l’aide de Patrimoine Sainte-Flore est l’église qui a grandement besoin de faire refaire sa toiture. « On s’est intéressé à la toiture de l’église, mais malheureusement il y a des infiltrations d’eau. Les plus importantes sont du côté de la sacristie. D’après les informations qu’on a obtenues, ça fait 16 ans que ça coule », mentionne Daniel.

« Il faut faire quelque chose, parce que c’est un beau bâtiment et que c’est l’église la plus vieille de la région. L’église elle-même fait partie du patrimoine bâti de la ville de Shawinigan. C’est un bel espace qui aura peut-être une deuxième ou une troisième vie, et en attendant, il faut le préserver en arrêtant l’infiltration d’eau », insiste le Shawiniganais.

Grâce au travail de Patrimoine Sainte-Flore et à la générosité des gens, une première étape à la réfection du toit a pu être effectuée cette année. « On était content, parce que ça fait longtemps que ça coule! », lance Daniel Arvisais. L’isolation a été refaite à l’intérieur de la sacristie pour empêcher la chaleur de sortir et à la glace de se former sur le toit.

Une première activité de financement

Daniel Arvisais et Micheline Pagé ont lancé cet automne leur première activité de financement, soit la vente d’un calendrier historique 2023 monté de toute pièce par le couple. En plus des images illustrant quelques faits saillants de l’histoire de Sainte-Flore, elles sont accompagnées de descriptions quant à la toponymie du village, à ses premiers habitants, etc.

Le calendrier se déclinera en cinq volumes et le couple estime que, dans 5 ans, la vente des calendriers aura permis d’amasser entre 15 000$ et 20 000$ au profit de l’église. Le budget total pour réparer le toit oscillerait aux alentours de 80 000$, ce qui semble réalisable avec son état actuel, alors qu’une réfection complète frôlerait les 500 000$.

On peut se procurer le calendrier au Dépanneur général Le Colibri et chez Patrimoine Sainte-Flore au coût de 14$ chacun.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires