Donner de son temps pour une bonne cause

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Donner de son temps pour une bonne cause
Notre journaliste Jonathan Cossette fut bénévole d'un soir à Opération Nez rouge. (Photo : (Photo Hebdo Journal))

Depuis quelques années déjà que je mentionnais mon intérêt pour donner du temps à ­Opération ­Nez rouge. On se disait toujours que ça devait être une expérience fort amusante et à la fois très utile. Eh bien cette année, je suis passé de la parole aux actes…

J’ai donc réuni un très bon ami et un de mes cousins, puis nous avons choisi le samedi 17 décembre, une date somme toute très achalandée. Arrivés au quartier général, on nous a attitré un numéro d’équipe parmi les 15 formations présentes. Au total, 45 personnes se sont réunies pour la cause. J’ai hérité du titre de partenaire qui consiste à récupérer l’appelant au lieu indiqué, puis à prendre les notes une fois installé dans la voiture.

La courte formation s’est terminée à 21 h 30. Le premier appel viendra à 22 h 30. Étant donné qu’on attendait ce premier mandat avec impatience, nous l’avons accepté, peu importe la distance indiquée. Bravant la tempête, il nous a fallu nous rendre dans la ­MRC de ­Maskinongé, ce qui se voulait un bon test pour trois recrues ! ­Une autre longue distance nous attendait à notre retour, ainsi que trois autres mandats viendront plus tard pour un total de cinq.

Notre retour au quartier général se fera à 3 h 05, sans anicroche. Pour ce qui est des passagers, la majorité était tout sourire, nous louangeant à la fois pour notre implication. Ils trouvaient très noble que l’on donne de notre temps. Deux couples et une personne seule ont d’ailleurs soulevé le fait qu’ils devraient tenter l’expérience eux aussi.

C’est en participant concrètement à une soirée de la sorte qu’on prend conscience de l’importance d’Opération ­Nez rouge. Au final, on sert à raccompagner des gens qui n’auraient ­peut-être pas les facultés pour le faire dans certains cas…et pas du tout dans d’autres cas. Le service de raccompagnement vient aussi permettre à ces gens de profiter pleinement de leur soirée, notamment pour ceux qui ont des partys de job qui ont toute leur importance et qui permettent de tisser des liens entre employés.

Bref, on ne peut pas dire que nous avons eu de temps mort après le premier appel. Au final, le plaisir fut partagé et mes deux comparses et moi n’avons pas exclu de répéter l’expérience dès l’an prochain, parce que comme nous l’avions imaginé, ce fut fort plaisant.

­Est-ce que ça pourrait être le début d’une nouvelle tradition ? À suivre…

Plus de 150 raccompagnements durant le ­week-end

Les 15, 16 et 17 décembre, les bénévoles d’Opération ­Nez rouge à ­Trois-Rivières ont effectué 162 raccompagnements, dont 90 dans la nuit de samedi à dimanche. Depuis le début de la campagne, 416 raccompagnements ont été comptabilisés à la centrale de ­Trois-Rivières. Le service sera en opération pour la période des ­Fêtes, les ­23-24-30 et 31 décembre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires