Eau potable: début juillet demeure l’objectif de la levée de l’ébullition

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Eau potable: début juillet demeure l’objectif de la levée de l’ébullition
Un employé retire une membrane de la cassette. (Photo : Hebdo Patrick Vaillancourt)

SHAWINIGAN.  La Ville de Shawinigan a effectué le bilan des travaux pour la remise en fonction transitoire de la Station de traitement de l’eau du Lac-à-la-Pêche (STELAP) mercredi après-midi. Les essais sur les membranes de filtration de l’unité pilote de traitement des eaux résiduaires ont débuté le mercredi 18 mai, et ce pour une période de 4 semaines. La Ville a affirmé que tout se déroule selon l’échéancier présenté le 30 mars dernier.

C’est donc dire que si les essais sont concluants lors de ces 4 semaines, il y aura une période de deux semaines afin de faire passer l’eau filtrée dans les tuyaux, et si le tout répond aux normes, la Santé publique pourra donner le feu vert à la Ville afin de lever l’avis d’ébullition de l’eau préventif.

Des procédures d’échantillonnage en continu sont en marche sur les eaux résiduaires qui sont dirigées au ruisseau Perchaude. Les résultats seront transmis au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) tel que mentionné dans l’autorisation ministérielle.

La Ville s’attend à ce que la concentration moyenne de solide en suspension à la sortie des installations de traitement soit de 7 mg par litre et qu’elle ne dépasse pas la limite moyenne mensuelle de 10 mg par litre demandé par le MELCC.

Le maire Michel Angers a toutefois avancé pour une première fois que cette période transitoire pourrait perdurer jusqu’à trois ans avant de mettre en place la solution permanente pour l’usine de filtration. La location de l’unité pilote a été faite pour une durée d’un an pour somme de 1,4 M$, et l’autorisation ministérielle pour l’utilisation de cette unité est pour une durée de 18 mois. Donc, d’autres coûts importants pourraient s’ajouter à la facture de 4,5 M$ déjà connue pour la réalisation des travaux pour la remise transitoire.

Dans les prochaines semaines, la Ville dévoilera les détails de la solution permanente envisagée pour l’usine.

La Ville a aussi procédé à une rencontre avec les propriétaires impactés par impacts des déversements dans le ruisseau Perchaude mardi soir afin de leur donner tous les détails qui seront faits au ruisseau. « On veut les aviser de toutes les démarches à venir. Ç’a été une rencontre cordiale, franche et animée. Honnêtement, on recherchait la collaboration de l’ensemble des propriétaires et au final on a eu cette belle collaboration. »  

Un appel d’offres est en cours pour l’octroi du contrat de nettoyage qui doit être débuté à compter de la mi-juillet dans certaines sections du ruisseau Perchaude. L’ouverture des soumissions reçues doit se faire le vendredi 27 mai et le contrat pourrait être octroyé lors de la séance du conseil du mardi 7 juin. Un montant de 468 000 $ a été prévu pour ce contrat, à l’intérieur du règlement SH-695, adopté le 12 avril dernier, qui prévoit un emprunt de 2,8 M$. 

Les travaux devraient être exécutés totalement au cours de l’année 2022.

Les points de distribution d’eau potable dans les différents secteurs demeurent en place, et la plage horaire pour l’aréna Gilles-Bourassa, pour le Centre Émile-Bédard et au chalet de service du parc Sainte-Flore a été bonifiée de 8h à 20h.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires