Elmec tente une séduction électrique dans le secteur commercial

Par superadmin
Elmec tente une séduction électrique dans le secteur commercial
On retrouve Jean-Marc Pitter

ÉCONOMIE. Et si votre prochaine pizza était livrée au moyen d’un véhicule électrique? L’entreprise shawiniganaise Elmec, spécialisée dans la fabrication de bornes de recharge pour véhicules électriques, a organisé récemment l’essai commercial d’une voiture électrique pour éventuellement desservir le secteur commercial.

Plus précisément, on a fait le test pour assurer les livraisons de pièces et d’accessoires automobiles chez un point de vente Carquest dans le secteur Grand-Mère au moyen d’une voiture Chevrolet Spark EV (fournie gracieusement par le concessionnaire Bourgeois Chevrolet Buick GMC de Rawdon ). Le véhicule a été mis à l’essai et c’est la recharge rapide (50Kwh) de marque EVDuty3 fabriquée par Elmec qui est utilisée aux fins de l’exercice.

«Les gens ont pu voir la faisabilité de l’expérience. La recharge, elle, prend autour de 15 minutes

Cet essai a pour but d’enregistrer des données réelles d’utilisation. «Nos modèles de calculs démontrent que l’utilisation du véhicule électrique est moins coûteuse par kilomètre parcouru à raison de 3 ou 4 cents d’économie par kilomètre. Sur une année, ce gain monétaire se chiffre à 2000$», mentionne Jean-Marc Pittet, propriétaire d’Elmec.

Il ajoute qu’autant des écoles de conduite, des pharmaciens ou encore des livreurs de pizza pourraient en profiter.

De plus, cet essai a permis de recevoir les observations des chauffeurs dans le cadre d’une utilisation commerciale en continu. «Après deux jours d’utilisation, les livreurs se disent très satisfaits de leur expérience, soulignant la tranquillité à l’intérieur de l’habitacle comme un point majeur en faveur du véhicule électrique», poursuit M. Pittet.

Au final, cet essai vise à construire un modèle d’affaires pour le secteur commercial qui se veut rentable et écologique. Toutefois, le nerf de la guerre constitue la question de l’autonomie. «On perçoit une certaine anxiété chez la clientèle éventuelle, une peur du manque d’autonomie qui se nomme anxiety range», fait remarquer M. Pittet.

Avec pareils tests, il tente de démystifier le tout en démontrant qu’il est réaliste de songer à l’usage d’un véhicule électrique sur une courte distance.

À propos d’ELMEC

Elmec oeuvre depuis plus de 25 ans dans le secteur électromécanique. Située à Shawinigan dans le secteur Grand-Mère, elle met son expertise à la disposition des manufacturiers d’équipements pour répondre à leurs besoins. Elle est l’instigatrice du projet CANMobile2.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires