EXCLUSIF: 80 emplois en péril chez Pâtisserie Chevalier

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Si aucun acheteur ne se manifeste d’ici la fin du mois de mars, Canada Bread pourrait fermer son usine de Shawinigan-Sud, provoquant ainsi la perte de 80 emplois.

Dans les dernières 24 heures, la direction de Canada Bread (POM, Bon Matin, etc.) a annoncé la fermeture de deux de ses usines au Canada: une à Edmonton et une seconde à Grand Falls, au Nouveau-Brunswick. Exception de deux postes coupés, l’usine de Shawinigan-Sud, autrefois connue sous le nom de Pâtisserie Chevalier, est épargnée pour le moment mais ce ne serait qu’un sursis a appris L’Hebdo du Saint-Maurice.

En fait, la production de l’usine néobrunswickoise, une variété de gâteaux et de pâtisseries sucrées, aurait pu être transférée en Mauricie mais Canada Bread est à réorienter sa stratégie d’affaires qui l’amènerait à délaisser à court terme ce créneau pour se concentrer sur les produits de boulangerie.

Il s’agirait d’une suite logique des choses pour l’usine de Shawinigan-Sud puisque la production ne cesse de diminuer depuis quelques années. Parallèlement, tout le département de R&D (recherche et développement) est au point mort depuis plusieurs mois et les efforts pour mousser la marque Chevalier ont été abandonnés. Résultat: un des trois quarts de travail a été amputé dans la dernière année et les heures supplémentaires, qui étaient monnaies courantes il n’y a pas si longtemps, font désormais partie du passé.

En fait, Canada Bread serait prêt à céder au plus offrant son plan de travail en Mauricie d’ici la fin du mois de mars à défaut de quoi, elle mettrait tout simplement la clé dans la porte. Des employés seraient à évaluer la possibilité de présenter une offre d’achat à leur employeur. Le Fonds de solidarité de la FTQ aurait été approché comme partenaire.

Une rencontre serait même prévue vendredi à cet effet entre la direction locale de l’usine pâtissière et le directeur général du CLD, Luc Arvisais.

Rappelons que Canada Bread a acquis Pâtisserie Chevalier en 2007. Pour plusieurs, les ennuis ont commencé lorsque le réseau de distribution développé par la famille Chevalier a été abandonné peu après l’acquisition pour être intégré à celui de Multi-Marques, une filiale de Canada Bread. La place privilégiée occupée sur les tablettes par les pâtisseries sucrées aurait alors graduellement été délaissée au profit des produits de boulangerie.

Au moment de son intégration il y a six ans dans le giron de Maple Leaf Foods, Pâtisserie Chevalier était le deuxième fabricant de pâtisseries en importance au Québec après la marque Vachon.

Notons que l’entreprise a vu le jour en 1986 alors que les frères Louis et Claude Chevalier acquièrent une petite entreprise établie dans la région depuis la fin des années 1940: la Pâtisserie Robitaille et Béland.

Cette nouvelle survient alors que pas plus tard que mardi, General Cable annonçait la mise à pied pour une période indéterminée de 80 travailleurs à son usine Saint-Maurice à Shawinigan. En novembre dernier, Produits Forestiers Résolu fermait la machine no 10 à l’usine Laurentide, entraînant du même coup la suppresion de plus de 111 postes. C’est sans compter sur la précarité des 240 autres emplois reliés à la machine no 11 de la papetière de Grand-Mère.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires