Grève du 28 octobre: «On cherche encore leur bonne foi.»

Par superadmin
Grève du 28 octobre: «On cherche encore leur bonne foi.»
Le personnel enseignant a manifesté sau cours des derniers mois

GRÈVE. C’est avec fermeté, mais un espoir toujours présent que les employés de soutien de la commission scolaire de l’Énergie affiliés à la Fédération du personnel de soutien scolaire FPSS-CSQ, amorceront mercredi une première journée de grève afin de dénouer l’impasse des négociations du secteur public.

À savoir si le ton monte après huit mois de négociation, il semblerait que les offres se doivent de bouger pour le président du syndicat des employés de soutien de la Mauricie René Lang.

«Le gouvernement fait la sourde oreille. Depuis le début, aucun compromis n’a été fait. On dirait que la table est gelée, car il n’y a pas de réel mandat de donné. On cherche encore leur bonne foi, mais ça fait un an que nos demandes ont été déposées…», résume-t-il.

Les membres du personnel de soutien scolaire veulent par cette journée de grève faire comprendre au gouvernement qu’il doit considérer le personnel de soutien comme un rouage important du système d’éducation au Québec.

«Depuis trop longtemps, le personnel de soutien fait les frais des coupes dans le réseau scolaire. Le personnel de soutien ne peut plus faire plus avec moins, sans mettre en péril la qualité des services offerts au quotidien», dénonce René Lang.

Pour un équilibre entre besoins & services

«Si l’éducation est importante pour les élus, il faut que cela paraisse. Avec toutes les compressions: on a atteint la limite du service décent offert à la population. Vous savez que chaque élève rencontre de 20 à 25 fois par jour un membre du personnel de soutien.»

«Il faut tenir compte de ces gens qui offrent des services. Je pense au secrétaire, au technicien informatique ou bien aux employées de service de garde!», mentionne le président.

Il précise que ce sont ces travailleurs qui prévoient le suivi d’accompagnement des élèves handicapés ou en difficultés d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) au service de garde et à heure du diner.

«On souhaite mettre fin à la sous-traitance pour qu’il y ait un meilleur suivi de l’entretien et des réparations effectuées dans les établissements et aussi d’améliorer l’organisation du travail pour que la qualité des services réponde aux besoins», conclut M. Lang.

Rappelons que le Syndicat des employés de soutien de la Mauricie(CSQ) représente 1441 membres répartis dans 34 classes d’emplois différentes travaillant dans les écoles et les Centre de la Commission scolaire de l’Énergie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires