«Il n’y a pas d’âge pour apprendre l’anglais»

«Il n’y a pas d’âge pour apprendre l’anglais»

Colette Lajoie présentera une conférence à l'Université du Troisième Âge le 22 novembre.

Crédit photo : (Photo Marie-Eve Alarie)

LANGUES. Ancienne professeure d’anglais au Collège Shawinigan, Colette Lajoie présentera une conférence le 22 novembre à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) dans le cadre de la série Les Grandes conférences de l’Université du Troisième Âge.

Elle propose aux apprenants de l’anglais, ainsi qu’au curieux, de venir observer comment l’utilisation de moyens multimédia peut s’avérer intéressante et animée dans une mise en situation pratique de l’enseignement de l’anglais langue seconde. La conférence durera une heure et demie.

«C’est bien d’apprendre l’anglais avec les grammaires et les livres, mais avec la technologie présente dans nos vies, les gens sont habitués d’avoir du multimédia. J’incorpore donc des extraits de films et des chansons dans une présentation visuelle. Il y a beaucoup d’illustrations. Ça se veut à la fois visuel et auditif», précise Mme Lajoie.

Au cours des dernières années, elle a écrits différents ouvrages en anglais, dont une grammaire et un livre axé sur le développement du vocabulaire, destinés aux personnes en apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle a également publié des livres numériques à ce sujet.

«Quand j’enseignais, je me rendais compte que les étudiants avaient besoin d’un ouvrage plus adapté que ce qu’on avait. Après une douzaine d’années, au fil de mes notes, j’en ai fait un livre, raconte-t-elle. Je voulais mettre différents niveaux de difficulté à l’intérieur d’une même grammaire, car parfois, dans une classe, j’avais des étudiants plus avancés qui auraient pu en apprendre davantage.»

Si l’école est une première avenue pour apprendre l’anglais langue seconde, Colette Lajoie rappelle qu’écouter la télévision en anglais peut être un premier pas intéressant également.

«Mettez les sous-titres, mais sachez aussi les enlever. Pour développer son anglais, ce n’est pas mauvais de voyager, quand c’est possible. Je conseille aussi de lire des livres pour enfant et des bandes dessinées en anglais. C’est plus animé et imagé et le langage est plus simple. Il n’y a pas d’âge pour apprendre l’anglais», conclut-elle.

La conférence se déroulera le 22 novembre de 13h à 14h30 au local 2063 du pavillon Michel-Sarrazin. Pour obtenir plus de détails sur la conférence ou s’inscrire: christine.dallaire@uqtr.ca ou 819 376-5011 poste 2112.

Poster un Commentaire

avatar