Il milite pour la cause

Daniel Birru
dbirru@icimedias.ca

Il milite pour la cause
Maxime Trudel veut sensibiliser à la sclérose en plaques (Photo : L'Hebdo - Sandra Lacroix)

COMMUNAUTAIRE. À 26 ans, ­Maxime ­Trudel, un résident de ­Shawinigan, a reçu un diagnostic positif de sclérose en plaques en 2015, et a par la suite quitté son emploi à titre de mécanicien industriel chez ­Rio ­Tinto en 2017. Depuis lors, il milite pour favoriser l’avancement de la recherche sur la sclérose en plaques, dans le but d’améliorer son état et celui des gens atteints de la maladie.

Aujourd’hui, ­Maxime ­Trudel, qui est maintenant âgé de 33 ans, arrive encore à faire quelques pas sans l’aide d’un fauteuil roulant, mais sans plus. «  C’est un peu comme si on m’avait déclaré invalide à tout travail, de par la quantité d’énergie que je dois mettre, au quotidien. Souvent, ça va me prendre jusqu’à deux ou trois heures de sommeil par jour pour pouvoir fonctionner.  » ­Il mentionne à quel le projet d’une maison ­bi-générationnelle, sur lequel il travail avec son frère, lui tient particulièrement à coeur ces ­temps-ci. D’autant plus que cela lui permet de passer plus de temps avec ses nièces.

Selon l’expérience qu’il a connue, ­Maxime soutient qu’il est important au cours des prochaines années d’avancer la recherche dans la sclérose en plaques pour pouvoir rendre un diagnostic le plus tôt possible. Il a appris au travers des médecins et des professionnels avec qui il a travaillé qu’un diagnostic tôt peut entraîner un meilleur contrôle de la condition, ce qui permet par la suite d’aller tuer la maladie dans l’os, afin d’en limiter la propagation.

Une levée de fonds importante

C’est avec cet état d’esprit que le ­Shawiniganais veut miser sur l’éducation et le soutien aux victimes de la condition. Pour lui, le fait de raconter son histoire aux autres est sa manière de démontrer qu’il y a des solutions à cette maladie, et qu’il y a moyen d’y arriver. C’est également pour cette raison qu’il participe à une campagne de sensibilisation et de financement pour la ­Société canadienne de la sclérose en plaques, les restaurants A&W d’un bout à l’autre du ­Canada feront un don de 2 $ pour chaque ­Teen ­BurgerTM vendu. L’initiative est lancée dans une optique de sensibiliser et d’éduquer la population quant aux effets de la sclérose en plaques et d’accroître le financement pour la recherche qui est faite.

«  J’essaie de m’impliquer le plus possible, de ramasser des dons, comme à la ­Marche de l’Espoir, et je pense que partager ce que je vis va contribuer à l’avancement des recherches,  » ­dit-il.

Sur treize ans, cette campagne de financement des restaurants A&W a permis de récolter plus de 17 millions de dollars. Il s’agit de la collecte de fonds annuelle la plus importante organisée par la ­Société canadienne de la sclérose en plaques. Cette année particulièrement, des organismes communautaires comme ­celui-là risque de bénéficier grandement de cette levée de fonds dans le contexte de l’inflation et de la pénurie de main d’œuvre, eux qui dépendent de ces enjeux importants.

Bien qu’il ne puisse pas recommencer à travailler dans un futur rapproché, ­Maxime ­Trudel compte tout de même continuer à travailler sur son projet de construction d’une maison bigénérationnelle. Il a également l’intention de retourner aux études à temps partiel, suivant des cours de génie mécanique au cégep.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires