Kei truck: la SAAQ fait le point

Par superadmin

L’Hebdo du Saint-Maurice a obtenu un entretien téléphonique avec Gaétan Bergeron, chef de l’ingénierie pour la Société de l’assurance automobile du Québec. Voici, en formule questions-réponses, les grandes lignes du dossier Kei Truck.

Q: Puis-je me procurer un Kei truck, malgré le moratoire?

R:«Selon le moratoire, les véhicules immatriculés avant le 29 avril 2009 peuvent toujours circuler sur nos routes de 70 km/h et moins. Par immatriculé, on entend ici que les véhicules sont dans nos registres. Vous pouvez donc en acheter un d’un particulier, actuellement en droit de circuler ou encore d’un commerçant, à condition qu’il soit immatriculé.»

Q: Qu’en est-il des véhicules en commande lors de l’imposition du moratoire?

R:«C’est certain que les véhicules reçus passé la date du 29 avril ne peuvent être vendus, car ils ne sont pas immatriculés. Nous sommes au fait des problèmes occasionnés pour les gens dans cette situation. Nous avons eu plusieurs commentaires à cet effet et nous allons en tenir compte pour nos recommandations finales qui seront faites à la ministre en avril prochain. Notre travail est d’en tenir compte, mais ce sera à la ministre d’en décider.»

Q:Pourquoi certains propriétaires ont reçu une lettre les avisant que leur véhicule a été remisé?

R:«Le deuxième arrêté ministériel du 26 octobre 2009 mentionne que les gens avaient jusqu’au 29 décembre pour changer leur immatriculation. Une lettre leur a été envoyée, avisant qu’à défaut de se conformer, le droit de circuler sera retiré sans aucun avis supplémentaire. Si le propriétaire en question ne s’est pas soucié de cet avis et n’a pas été changer son immatriculation avant le 29 décembre, son véhicule a été remisé. Il peut toutefois venir au bureau de la SAAQ pour obtenir une nouvelle plaque d’immatriculation pour les zones de 70 km/h et moins sans aucun problème, car son véhicule figure dans nos registres.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires