La caserne Champlain retrouve son lustre d’antan

Par superadmin

ÉCONOMIE. On a procédé en grande pompe à l’inauguration de la nouvelle caserne d’incendie de Champlain, fraîchement rénovée au coût de 4,7M$. Ce travail de réfection impressionnant permet de redonner à l’édifice patrimonial de 1922 sa vocation d’antan.

Pour l’occasion, le maire de Shawinigan Michel Angers, le directeur du Service de sécurité incendie François Lelièvre, ainsi que l’architecte responsable des travaux Renée Tremblay et de nombreux dignitaires étaient présents.

«La remise en état de l’édifice, sa préservation et sa mise aux normes pour abriter notre caserne incendie constituent un geste important pour la Ville. Située au cœur du quartier Saint-Marc, la nouvelle caserne redonne vie à un des plus beaux édifices municipaux de notre ville», a soutenu le maire Angers.

À noter que la caserne d’incendie située derrière l’Hôtel de Ville a déménagé sur sur l’avenue Champlain afin de respecter le nouveau schéma de couverture de risque incendie. En effet, les endroits les plus à risque sont les quartiers Christ-Roi et St-Marc, en raison de l’âge et de la proximité des immeubles.

Une efficacité accrue

De même, la caserne Champlain est l’édifice municipal le plus vieux sur le territoire shawiniganais, ayant étant construit en 1922. C’est la Société de développement de Shawinigan qui en est propriétaire et les coûts de 4,7M$ de sa réfection représentent au final une économie de 700 000$.

La nouvelle caserne offre beaucoup d’espace et permet de regrouper sous un même toit l’ensemble des véhicules dont les pompiers ont besoin pour faire leurs interventions (incendie, désincarcération automobile, sauvetage sur plan d’eau et espace clos, de même que feux de brousse).

Dans le passé, les véhicules étaient remisés sur trois sites différents. «On est passé de quatre à 12 camions d’incendie dans le garage. Les opérations seront plus efficaces et l’aire de vie commune est plus représentative de nos besoins, plus conviviale», résume Pierre-Alexandre Brière, capitaine du Service des incendies.

Un patrimoine précieux pour Shawinigan

Pour l’architecte responsable des travaux de réfection Renée Tremblay, il est clair que la caserne Champlain représente un des rares témoins de l’architecture de bâtiments publics de l’époque.

«La première fois que j’ai été approchée pour ce projet, c’était en 2006. Je peux vous dire que je suis fière du travail accompli, vu l’état du bâtiment au début de la réfection», a souligné celle qui constatait un lieu délabré et mêm infesté par les rats.

Pour Mario Lachance, d’Appartenance Mauricie, la survie de la caserne est une victoire pour le patrimoine et les citoyens de la Ville. Il est vrai que l’édifice avait passé à un cheveu d’être démoli au début des années 2000.

«Je faisais partie des comités de citoyens qui ont fait pression et je suis heureux du dénouement. Le résultat est un mélange de modernité et d’ancienne architecture. On observe une belle harmonie et cela ajoute de la valeur à la caserne», soutient celui qui salue la conservation de la vocation de l’immeuble.

Rapelons que la population est invitée à visiter la caserne d’incendie à l’occasion d’une activité «Portes ouvertes», qui se déroule dans le cadre des Journées de la culture ce samedi 26 septembre de 10h à 16h.

Quant à elle, l’ancienne caserne située derrière l’Hôtel de Ville sera réaménagée en bureau en raison d’un manque d’espace à l’Hôtel de Ville.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires