La greffe: un don qui redonne la vie

Par superadmin
La greffe: un don qui redonne la vie
Julie Gagnon

SENSIBILISATION. Si ce n’était de son don de poumons, Julie Gagnon serait probablement décédée aujourd’hui. La jeune femme de 27 ans demeurant à Québec est l’un des nombreux cas qui illustre que le don, mais aussi la recherche au profit de la fibrose kystique peuvent transformer une vie.

L’histoire de Julie Gagnon a touché le Shawiniganais Christian Maurais, l’instigateur des soirées Serveur d’un soir au profit de la Fibrose kystique. C’est pourquoi il a demandé à la jeune femme de venir témoigner lors du prochain 5 à 7 du 22 octobre au Broadway Pub.

«Je pense que Julie saura sensibiliser le public à la cause. Elle est un bon exemple que ça peut aller super bien après avoir reçu de nouveaux poumons. C’est possible d’avoir une deuxième chance!», résume le papa qui s’implique depuis plusieurs années pour sa fille de 15 ans, Camille.

Cette année, un objectif de 17 000$ a été fixé pour cette soirée de collecte de fonds. «On a déjà un montant de départ d’amassé, on pense bien arriver à notre but.»

Diagnostiquée avec la maladie dès ses deux mois, Julie Gagnon a connu une enfance normale jusqu’à ses 18-19 ans où les infections sont apparues à répétition. «À un moment, la bactérie est devenue si difficile à contrôler qu’il a fallu me mettre sur une liste pour le don d’organe», raconte la jeune femme de Québec.

La greffe comme une deuxième vie

Maintenant en rémission, Mme Gagnon a dû attendre quatre ans avant d’obtenir la fameuse greffe de poumon qui lui permet de mener aujourd’hui une vie plus agréable. «J’ai passé six mois à l’hôpital, ma condition était rendue très grave. J’ai eu une trachéotomie, mais maintenant je vais super bien», assure-t-elle.

«J’ai récupéré 75% de mes capacités pulmonaires. La dernière fois que j’ai eu d’aussi bons chiffres, c’était à mes 12 ans. Je suis un nouvel enfant!», blague celle qui entend bien poursuivre ses études et retourner sur le marché du travail.

Consciente de sa chance, Julie Gagnon veut que les gens sachent l’importance que revêt la simple signature du don d’organe. «C’est tellement un beau cadeau…. Je n’ai pas encore les mots! Je compte bien écrire à la famille du donneur par le biais de Transplant Québec, une fois que je les aurai», mentionne-t-elle.

«C’est simple merveilleux, signer sa carte permet après son décès de sauver des vies», conclut la jeune femme. Les billets pour la Soirée Serveur d’un soir sont en vente au Broadway Pub de Shawinigan.

Un peu plus sur le Serveur d’un soir

uand: jeudi, 22 octobre

Endroit: Broadway Pub de Shawinigan

Heure: formule 5 à 7

Coprésidence d’honneur: Philippe et Samuel Ayotte.

Maître de cérémonie: Pierre-Yves Rousselle

Animation musicale: Denis Bouchard

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires