La Nouvelle-Aquitaine rend la pareille à Shawinigan

Patrick Vaillancourt pvaillancourt@icimedias.ca

La Nouvelle-Aquitaine rend la pareille à Shawinigan
Sur la photo, on aperçoit devant Alain Rousset, président de la région de la Nouvelle-Aquitaine, Michel Angers, maire de Shawinigan, Nicolas Le Roy, directeur adjoint Bordeaux Technowest, et Philippe Nadeau, directeur du Digihub Shawinigan. (Photo : Hebdo Patrick Vaillancourt)

SHAWINIGAN.  Après qu’une délégation shawiniganaise se soit rendue en Nouvelle-Aquitaine en juin dernier, c’était au tour de Shawinigan de recevoir la délégation française afin de poursuivre leur partenariat.

La délégation d’une trentaine de personnes, présente à Shawinigan, comprend le président de la région de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, d’autres représentants politiques, plusieurs startups, ainsi que des journalistes de médias français venus couvrir l’événement. 

Le groupe a notamment visité la Cité de l’énergie, avant de prendre la direction du Centre d’entrepreneuriat pour y découvrir l’écosystème du Digihub. 

Cette visite protocolaire ouvre non seulement la porte à plusieurs échanges et maillages, mais est également l’occasion de procéder à des signatures avec Bordeaux Technowest, la French Tech de Bordeaux et celle de Pau Béarn. Ces signatures encadrent un échange de startups (softlanding) facilitant le déploiement de startups shawiniganaises en France et l’accueil d’entreprises françaises ici. 

D’ailleurs, une première startup de la Nouvelle-Aquitaine aura désormais un pied-à-terre avec Prof en poche, un éditeur de logiciels éducatifs qui s’installera à Shawinigan. Lauréat de plusieurs prix dont le programme IMPACT EdTech récompensant les 15 startups éducatives les plus innovantes de l’Union européenne, Prof en poche a pour visée d’adapter ses logiciels à la réalité du système d’éducation du Québec.

« J’ai reçu Michel Angers en juin dernier, et je regardais le parcours. D’où nous venons? Nous venons tous deux de villes qui ont subi une reconversion industrielle majeure, sans perdre la volonté que rien n’est acquit, mais rien n’est perdu. Je viens d’un village qui a perdu toutes ses usines du jour au lendemain, et quelques années plus tard je me suis occupé de cette reconversion industrielle. On avait des rapprochements humains étonnants. Je suis ravi de passer cette journée à Shawinigan. Je suis fier de ces avancées pour nous, Français, ça fait du bien au moral. »

Le maire de Shawinigan Michel Angers a mis de l’avant l’importance de ces rencontres. « On s’inspire les uns les autres de nos pratiques. L’idée du Centre d’entrepreneuriat est née d’une visite en Belgique d’une ancienne charbonnière qui a été reconvertie. Mais on ne peut pas faire ça en restant devant sa télévision. On fait ça au contact des uns et des autres. C’est ce à quoi servent ces missions. »

Le DigiHub profite également de l’occasion pour annoncer la candidature du DigiHub pour devenir un territoire French Tech cette année. Ce programme, créé par notre nouveau partenaire French Tech, labellise les capitales et les communautés innovantes mondiales. « Au Canada, seuls Toronto, Québec et Montréal ont présentement un titre de capitale French Tech. Si notre candidature est retenue, Shawinigan sera la première ville de moyenne taille à se positionner avec ce label, via le travail fait par le DigiHub. Une belle reconnaissance de l’importance de notre écosystème à l’échelle internationale », souligne Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires