Le DigiHub ajoute une dernière pièce à son puzzle

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Le DigiHub ajoute une dernière pièce à son puzzle
En partant de la gauche, on retrouve Véronique Touzin, coordonnatrice du DigiHub; le maire Michel Angers; François St-Martin, membre du conseil d'administration du CEADS (Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan); Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub; et Denis Guay, directeur général de la Caisse Desjardins du Centre-de-la-Mauricie. (Photo : L'Hebdo - Bernard Lepage)

INNOVATION.  Le DigiHub vient de se doter d’un laboratoire de fabrication numérique qui sera mis à la disposition des particuliers, étudiants, artistes et entrepreneurs de Shawinigan. 

Le Lab propulsé par Desjardins est un ambitieux projet de près d’un million$, dont 200 000$ proviennent du Fonds du Grand Mouvement de Desjardins.  « C’est le fruit d’une longue maturation, une pièce importante de notre écosystème. Ça vient compléter notre trousseau », a mentionné Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub.

Répartie sur deux espaces, un au rez-de-chaussée, destiné davantage à la production de grosses pièces, et un second sur le plancher du DigiHub réservé pour les plus petits projets. Le Lab propulsé par Desjardins dispose déjà de plusieurs équipements tels une imprimante 3D, une imprimante à résine, un scanner 3D, une termoformeuse, une table de découpe pour vinyle, une table de découpe laser, une table de découpe CNC pour les pièces de bois ou de métal, des outils de menuiserie, etc.

Ces équipements et espaces sont mis à la disposition de la communauté moyennant une location mensuelle de 40$. « Un entrepreneur qui a besoin de fabriquer un prototype de son projet pourrait venir ici par exemple, mais ce n’est pas ici qu’il pourrait faire sa production, a précisé Véronique Touzin, coordonnatrice du DigiHub. C’est l’endroit pour réaliser ses projets, faire avancer ses idées, pour expérimenter et pour apprendre. »

D’autres équipements viendront s’ajouter au fil du temps, dont une table à découpe pour vinyle de calibre professionnel. « Pour certains équipements comme la table à découpe laser, on va demander un petit supplément (1$ à 1,50$) pour chaque utilisation », ajoute-t-elle.

Le Lab propulsé par Desjardins disposera d’une ressource qui accompagnera les utilisateurs. Bien au fait du fonctionnement de chaque appareil, Maxime Bordeleau pourra même guider les utilisateurs vers les équipements appropriés, selon la nature des projets à réaliser. Inaugurés le 22 septembre, les équipements du Lab sont déjà utilisés par des étudiants du Centre de services scolaire de l’Énergie, du Shawinigan High School et de l’UQTR a souligné Véronique Touzin.

Le Lab propulsé par Desjardins comporte aussi un volet développement durable alors que le DigiHub prévoit déjà y tenir des cafés réparations où les citoyens seront invités à venir réparer leurs objets défectueux, ce qui permettra ainsi de prolonger leur durée de vie.

Des ateliers d’initiation et de perfectionnement, des ateliers parents-enfants ainsi que des projets parascolaires seront offerts sur une base régulière et contribueront à faciliter le développement des prototypes. Le DigiHub souhaite que le lab soit un lieu de collaborations entre les entrepreneurs et les apprentis alors que les retailles de matériel des uns permettront aux autres de se pratiquer.

Le Lab propulsé par Desjardins est inspiré du mouvement des Fab Lab qui a vu le jour aux États-Unis dans les années 1990 et qui  a pour objectif de dynamiser l’économie locale en favorisant l’intégration sociale, la mise à niveau de la main-d’œuvre et le développement technologique grâce à de l’accompagnement personnalisé.  

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires