Le Marché public traverse l’histoire

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

ALIMENTATION. La Coopérative de solidarité du marché public de Shawinigan a annoncé dernièrement un investissement de plus d’un million de dollars pour le réaménagement de l’édifice de l’avenue Champlain, ce qui triplera le nombre de commerçants. L’Hebdo a voulu connaître quelques-uns des souvenirs de clients.

Le Marché public de Shawinigan s’est installé au centre-ville en 1902, soit un an après la création du Village de Shawinigan Falls le 28 avril 1901, ce qui en fait un des plus vieux marchés publics au Québec.

Il a été créé au cœur de la période d’industrialisation de Shawinigan. C’était suite à une promesse d’élection tenue par Beaudry Lemans que le marché public a été créé, ce qui a été un point majeur dans le développement de la ville.

À cette époque, il était ouvert six jours par semaine et répondait aux besoins de nombreuses familles, qui venaient s’approvisionner à cheval, de partout en région.

Suite à l’expansion de la ville, le marché a déménagé en 1966 dans le quartier Saint-Marc, où il est toujours. Il était situé dans un quartier prospère au cœur d’une communauté en essor à l’époque des baby-boomers.

Le «nouveau» marché

Une scène sera aménagée dans le bâtiment pour réaliser des présentations culinaires et artistiques. Ce lieu deviendra un lieu de rassemblement pour les clients du «nouveau» marché public.

En plus du dévoilement du réaménagement intérieur, les membres de la coopérative ont dévoilé la nouvelle image.

Les souvenirs

Rita Marchand se souvient du marché public à l’époque au centre-ville. «Je viens au marché tous les jeudis même quand il était au centre-ville. Je me souviens qu’on y allait surtout pour la viande. Mes parents faisaient des emplettes et je les accompagnais. Je continue à venir pour les légumes frais l’été. C’est une habitude de venir chaque jeudi. Ça sera plaisant de voir le réaménagement du marché avec plus de commerçants.»

Yves Marcil voit le marché comme un endroit rassembleur. «Je viens régulièrement au marché public, mais je n’ai pas connu l’époque du centre-ville, puisque je n’étais pas encore à Shawinigan. J’ai commencé à venir ici en 1978. C’était proche de chez moi, et dans un marché comme ça, il y a une ambiance, ce qu’on ne retrouve pas ailleurs. Et il y a la senteur qui se rapproche du jardin ou de la nature. Et C’est une occasion de voir du monde. Les commerçants nous reconnaissent aussi et ils savent ce que tu veux. Les commerçants sont aussi ouverts aux réalités sociales, ce qu’on ne voit pas ailleurs. Par exemple, il y a des dons des surplus de nourriture aux banques alimentaires. Je peux en témoigner puisque j’ai fondé le centre Roland-Bertrand. Les nouveaux commerçants vont aussi attirer du nouveau monde.»

«Je suis de Saint-Boniface et je viens au marché pour acheter un type de viande que ma femme veut pour sa sauce spaghetti, souligne Marcel Lafrenière. J’ai aussi connu le marché au centre-ville. C’était l’euphorie le vendredi soir. Les gens faisaient leurs commissions puis allaient au marché. Dans le temps, les gens y allaient pour la viande, de là l’expression faire son marché de viande. Aujourd’hui, il y a plus de diversité.»

Les nouveaux commerçants

-Lina De Rossi, Boulangerie Bio «Le jardin d’Olympe»

-Philippe St-Onge, charcuterie artisanale «Le bedon rond»

-Sylvain Cantin, producteur de bison «Bison Mauricie»

-Marie-Eve Kéroack «Kokomi suhsi»

-Justine Prud’homme «Chef Justine Traiteur»

-Hind Farouk, épices et mets ethnique «Coop Le Souk»

-André Schott, chocolatier

-Andréa Castello, pâtisserie «Pink box sweets»

-Patricia Claveau, productrice de pommes de terre «Les Couleurs de la terre»

-Sophie Dubois, soupes et autres «Ras-le-bol»

-Marie-Andrée Lemieux, «M.A. Poissonnerie et compagnie»

-Frédéric Cantin, cueilleurs des bois

-Pierre Grenier, beignerie «Fourchette Coquine»

-Stéphanie Ratté, pharmacie naturelle «La Bohémienne»

-Catherine Gélinas, «Passion Lavande»

-Frédéric Gélinas, «Domaine et vin Gélinas»

-Grace Renaud, pâtes fraîches, soupes tonkinoises «Chez Grace»

-Jérôme Plano, maraîcher «La ferme la Prémontoise

-Roman Pokorski, maraîcher, Ferme l’Apothicaire»

Le réaménagement du marché en bref

– La Coopérative de solidarité du marché public de Shawinigan a présenté son nouveau plan de développement de plus d’un million de dollars

-Le nombre de commerçants passera de 10 à 29

-Une scène sera aménagée dans le bâtiment pour réaliser des présentations culinaires et artistiques

-La Ville de Shawinigan a cédé le bâtiment à la coopérative

-Pendant les travaux au cours du printemps et de l’été, le marché public demeurera ouvert

-Le Marché public a dévoilé une nouvelle image

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires