L’inflation inquiète les élus municipaux de la Mauricie

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
L’inflation inquiète les élus municipaux de la Mauricie
Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, Daniel Côté, président de l'UMQ et maire de Gaspé, et Michel Angers, maire de Shawinigan. (Photo : Stéphanie Paradis)

MUNICIPAL.  Le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Gaspé, Daniel Côté, s’est arrêté ce mercredi à Trois-Rivières, dans le cadre de sa tournée du Québec 2022, ayant pour thème « Municipal d’abord ». En présence du président du caucus régional de la Mauricie et maire de Shawinigan, Michel Angers, et du maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, M. Côté a profité de l’occasion pour discuter des enjeux locaux avec les élues et élus de la région.

Les principaux enjeux qui ont été discutés par les élus municipaux de la Mauricie sont la pénurie de logements, de main d’œuvre et de places en service de garde, la lutte aux changements climatique et l’entretien des infrastructures.

« La fiscalité et les finances sont au cœur des priorités des élues et élus de la Mauricie. Il faut impérativement diversifier les sources de revenus des municipalités et réduire ainsi leur dépendance à l’impôt foncier, en demandant entre autres au gouvernement du Québec de payer l’ensemble de ses taxes foncières », soutient M. Angers.

Selon Daniel Côté, on estime à tout près d’un milliard de dollars les dépenses supplémentaires que doivent assumer les Municipalités du Québec en 2022, seulement pour lutter contre l’inflation.

« Depuis de nombreuses années, les Municipalités en font toujours plus. Tous les gouvernements pellettent les responsabilités dans notre cours et les moyens ne viennent pas nécessairement avec », plaide le maire de Shawinigan.

« La plupart de nos revenus proviennent de taxes foncières des budgets municipaux qui sont insuffisants présentement pour répondre à tous les besoins. L’inflation fait en sorte que notre situation est de plus en plus difficile. On est incapable comme Municipalité de suivre le rythme de l’inflation. Alors que les gouvernements s’enrichissent, nous on s’appauvrit tout le temps. On ne peut pas augmenter nos taxes indéfiniment », ajoute-t-il.

Les logements, une pénurie qui préoccupe

La crise du logement sévit dans la province, et la Mauricie ne fait pas exception. Alors que le taux d’occupation est sous la barre du 2% à Shawinigan et de l’ordre de 0,9% à Trois-Rivières, la situation préoccupe grandement les élus de la région.

« On a de beaux projets de développements économiques qui vont arriver bientôt, mais on va loger les gens où? C’est un enjeu important, tout comme le prix des loyers – Il a augmenté de 9% chez nous », note le maire Angers.

Selon Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, le logement est l’enjeu le plus préoccupant pour la Ville, rappelant qu’on parle de crise du logement dès que l’on tombe sous la barre du 3% d’occupation.

« Il faut voir la crise du logement dans son ensemble, dans sa globalité. Il faut parler de logements abordables et de logements sociaux, mais il faut aussi parler de résidences et de logements adaptés qui vont permettre à des gens de quitter des maisons unifamiliales. Celles-ci deviendront des lieux de résidence pour de nouvelles familles, des premières acquisitions, qui elles vont libérer des logements pour des gens qui débutent sur le marché de l’emploi. On peut descendre ainsi la chaine jusqu’aux maisons de chambre et ainsi travailler sur l’itinérance qui est un enjeu également », soutient le maire Lamarche.

Les élections, une période charnière pour l’UMQ

Cette tournée, qui s’est déjà arrêtée dans la plupart des régions administratives, vise à faire le point sur les priorités politiques des municipalités en prévision des élections québécoises, qui auront lieu le 3 octobre. Lors du Sommet électoral qui se tiendra le 16 septembre prochain à Montréal, l’Union invitera la cheffe et les chefs des principaux partis politiques à se positionner sur la plateforme électorale de l’UMQ, dévoilée la semaine dernière.

« La tournée me permet de prendre en compte les perspectives de toutes les élues et tous les élus municipaux et présentement, c’est surtout l’inflation qui les préoccupe. Effectivement, dans le contexte actuel, les budgets municipaux font face à une grande pression, notamment en raison de l’augmentation des coûts du béton, de l’asphalte et du carburant. On s’attend à ce que le prochain gouvernement s’engage financièrement auprès des municipalités », mentionne M. Côté.

Pour le milieu municipal, les prochaines élections municipales seront un moment charnière, car les élus municipaux devront négocier le prochain pacte fiscal Québec-Municipalités avec le gouvernement qui sera élu. « C’est un événement charnière cette année, car dans le contexte inflationniste qu’on connait actuellement, il va falloir se serrer les coudes pour obtenir une plus grande équité fiscale pour les municipalités. Pendant que Québec et Ottawa enregistrent des surplus budgétaires, car ils touchent beaucoup de revenus rattachés à l’augmentation des prix de la consommation, nous de notre côté, les Municipalités, on enregistre des augmentations de dépense », insiste M. Côté.

Notons que la tournée du président 2022 s’arrête dans les 17 régions administratives du Québec, dans les municipalités suivantes : Gaspé, Baie-Comeau, Alma, Saguenay, Rimouski, Rouyn-Noranda, Québec, Lévis, Saint-Georges, Salaberry-de-Valleyfield, Longueuil, Granby, Sherbrooke, Windsor, Chambly, Montréal, Laval, Delson, Mascouche, Terrebonne, Sainte-Anne-des-Plaines, Blainville, Saint-Colomban, Chapais, Sept-Îles, Fermont, Drummondville, Trois-Rivières, Shawinigan, Nicolet, Thurso et Gatineau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires