Nathalie Bureau honorée au niveau national

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Nathalie Bureau honorée au niveau national
Nathalie Bureau avec le Prix Harold Taylor du nom d'un des fondateurs de l'association des Organisateurs professionnels du Canada. (Photo : courtoisie)

DISTINCTION.  Pionnière de la profession au Québec, Nathalie Bureau s’est vue récemment attribuer le Prix Harold Taylor par l’association des Organisateurs professionnels du Canada. 

« C’est un prix qui reconnaît un membre qui s’implique au sein de l’association, mais aussi qui contribue à la  faire rayonner à l’extérieur », mentionne la résidente de Saint-Boniface qui gravite dans le milieu depuis maintenant quinze ans.

Membre du conseil d’administration depuis cinq ans, Nathalie Bureau agissait comme présidente des Organisateurs professionnels du Canada jusqu’en octobre dernier. « Quand je suis devenue administratrice, je m’étais donné comme mission d’ouvrir la profession aux francophones et je suis fier de voir qu’on en compte 75 maintenant, c’est plus du double que lorsque j’ai commencé à m’impliquer », poursuit celle qui représente parfois la branche canadienne lors des événements tenus par l’IFPOA (International federation of professional organizing association) regroupant treize pays.

Nathalie Bureau s’est aussi impliquée dans la mise sur pied de la Journée mondiale de l’organisation qui s’est tenue pour la toute première fois le 22 mai 2022. La profession d’organisateur professionnel est peu connue au Québec. « Quand j’ai fondé mon entreprise en 2008, nous étions seulement huit. Aux États-Unis, leur association a été fondée en 1984 tandis que celle au Canada a vu le jour en 1999 », souligne-t-elle.

La professionnelle de l’organisation s’est spécialisée dans la gestion du temps. « Moi mes clients, ce sont les gens qui sont débordés, qui ne savent pas par où commencer », sourit celle qui intervient de trois façons : coaching individuel, formation de groupe ou en tant que conférencière. « Les gens ont découvert Zoom et Teams avec la pandémie, mais moi, je travaille en mode virtuel depuis près de 10 ans à partir de mon bureau de Saint-Boniface. »

Nathalie Bureau dit faire partie des 25% de la population qui ont un sens inné de l’organisation. « Je dis souvent que quand j’étais petite fille, j’avais autant de plaisir à classer les vêtements de mes poupées que de jouer avec elles. »

Elle souligne que son ancienne carrière d’enseignante lui a permis de peaufiner ses formations. « Les gens qui ont un trouble du déficit de l’attention, je sais que leur cerveau fonctionne différemment et je connais la manière de m’y adapter pour qu’ils puissent retenir l’information que je vais leur donner », explique Nathalie Bureau.

Elle souligne que la gestion du temps ne veut pas nécessairement dire d’accomplir toutes les tâches qui se présentent devant nous. « Dans mes formations, j’explique qu’on a beau tout vouloir planifier, la vie est faite d’imprévus. Ça prend de la flexibilité qu’on le veuille ou non. Ce qui fait une personne sera satisfait à la fin d’une journée plutôt qu’insatisfait même si elle n’a pas réussi à tout réaliser ce qu’elle voulait faire, c’est qu’elle a pris les bonnes décisions. Des fois, l’imprévu est à régler sur le moment et des fois, il peut attendre. Établir ses priorités, c’est ce que j’enseigne à mes clients », termine-t-elle.

Site web de l’association: https://organizersincanada.com/fr/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires