Renald Bordeleau: le gardien du patrimoine

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Renald Bordeleau: le gardien du patrimoine
Lors de l'entrevue réalisée sur l'autel de l'ancienne église Saint-Pierre, Renald Bordeleau avait apporté avec lui quelques-uns de ses documents historiques. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

PASSION. Il écrit dans un français approximatif et en caractères majuscules, mais sa passion et ses connaissances encyclopédiques font tout pardonner…

«Merci beaucoup RENALD, si tu étais professeur d’histoire, je retournerais dans ta classe demain matin», écrit un abonné Facebook après qu’il eut publié une vingtaine de photos anciennes des ponts de Grand-Mère avec de nombreux détails sur les ouvrages.

Depuis une quinzaine d’années, Renald Bordeleau accumule une quantité impressionnante de documents historiques sur le grand Shawinigan et de nombreuses autres localités de la Mauricie.

Les 13 900 abonnés de la page Facebook Shawinigan Photos et les 6700 de Grand-Mère se raconte, deux groupes dédiés aux passionnés de photos historiques, ont droit quotidiennement à une partie de son trésor.

«J’ai ramassé 35 000 photos, 2500 DVD et plus de 300 livres sur l’histoire régionale», confie Renald Bordeleau rencontré sur l’autel de l’ancienne église Saint-Pierre, un haut lieu du patrimoine shawiniganais s’il en est un.

Comment diable cet homme de 73 ans, ancien cuisinier et représentant de grossistes en alimentation, a-t-il pu réunir un tel trésor de guerre qui fait l’envie des sociétés historiques?

Selon ses dires, il a entre les mains les archives de Fabien LaRochelle, l’ancien bibliothécaire de Shawinigan qui fait figure de référence à propos de l’histoire de la ville. L’impressionnante collection de photos et documents historiques colligée par Héritage Grand-Mère est en sa possession depuis que l’organisme s’est dissous suite à la fusion de la ville en 2002. Héritage Shawinigan et son fondateur, le Dr Henri Bilodeau, lui auraient aussi laissé une partie de leur butin.

Comme un croque-mort…

Renald Bordeleau plaisante en disant qu’il est comme le croque-mort qui arrive toujours en premier chez le défunt. «Je me suis aussi fait donner les collections de Roland Houde et de Viateur Perreault (Village du Bûcheron). Plusieurs particuliers entrent en contact avec moi pour m’offrir leurs vieilles photos parce qu’ils disent que ça n’intéresse pas leurs enfants et que Renald aime les vieilles affaires. Ça déborde», raconte-t-il en souriant.

L’ancien maire Dominique Grenier lui a remis sur cassettes VHS l’intégralité des centaines d’entrevues qu’il a menées dans les années 1990 sur les ondes de Cogéco avec des personnalités locales et régionales. L’historien amateur a tout numérisé le contenu de ces documents. «M. Grenier a enregistré une dizaine d’heures d’entrevues avec Fabien LaRochelle qui lui explique l’histoire de Shawinigan de A à Z. Juste avec ça, tu peux quasiment savoir toute l’histoire de la ville au complet parce que le bibliothécaire avait des accès à toutes les usines de Shawinigan.»

Parce qu’il a reçu tous ces documents gratuitement à travers le temps, Renald Bordeleau se fait un devoir de les offrir tout aussi gracieusement aux gens qui lui demandent.

Un abonné de Grand-Mère se raconte demande une photo de la construction de Vallée-du-Parc au début des années 1970 et quelques minutes plus tard, elle apparaît avec des notes – EN CARACTÈRES MAJUSCULES – livrées par Renald Bordeleau. Quelquefois, il publie une photo en lançant un appel à tous sur l’identité des gens se trouvant sur la photo? Où a-t-elle été prise? Et généralement, les réponses fusent par dizaine pour éclaircir le mystère.

À qui léguer?

Renald Bordeleau n’est pas sans se douter que son trésor, lorsqu’il ne sera plus là, pourrait intéresser Appartenance Mauricie ou la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan, mais il laisse durer le suspense. «Je ne sais pas, réfléchit-il. Je jongle présentement avec tout ça. J’aimerais que les gens de Grand-Mère refondent une société d’histoire, car ils sont vraiment à part. J’aurais beaucoup de choses à leur donner. Peut-être que je vais les donner aussi à la Ville de Shawinigan, car c’est le seul endroit où je suis sûr que ça ne se perdra pas.»

À suivre…

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires