RGMRM: vers un arbitrage?

Par superadmin

ARBITRAGE. Le conseil d’administration de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie dénonce unanimement le fait que le syndicat des employés du site (cols bleus) ait subitement quitté la séance de travail convoquée par la conciliatrice le 5 septembre dernier et propose l’arbitrage afin de permettre le renouvellement de la convention collective.

«Nous faisons face à un processus de revendications à sens unique de la part du syndicat», dénonce le président de la Régie, René Goyette. Depuis que les négociations ont débuté en septembre 2012, il estime que le syndicat ne cesse d’allonger sa liste de demandes.

La Régie soutient ne pouvoir offrir davantage que ce que contiennent les dernières offres patronales, alors que ces dernières bonifient des conditions de travail parmi les plus avantageuses chez les employés municipaux de la Mauricie. M. Goyette rappelle que «les demandes doivent demeurer dans un cadre réaliste qui respectera la capacité de payer des citoyens et citoyennes de la Mauricie.»

Soulignons qu’après deux ans de démarches, plus de 35 séances de négociation et de conciliation, trois offres globales de l’employeur, une offre de règlement déposée par le conciliateur et l’arrivée d’un deuxième conciliateur au dossier, le conseil d’administration envisage l’arbitrage comme mesure pour résoudre le conflit.

La Régie indique que les offres patronales déposées plus tôt bonifiaient à chaque fois les conditions de travail des employés. Après avoir refusé la troisième offre le 12 mai dernier, le syndicat a réclamé un engagement à maintenir la compétence des boues, en plus d’affirmer publiquement que c’était là le «coeur des négociations».

Le conseil d’administration aurait alors démontré sa volonté de sécuriser les emplois et s’était engagé, par résolution, à maintenir cette compétence. Malgré cette avancée du conseil d’administration, le conflit de travail demeure.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires