Sa valeur est montée comme le prix de la coppe

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

C’était rien qu’une époque… Sa valeur est tombée… Comme le prix de la coppe Lorsque Richard Desjardins a écrit J’ai couché dans mon char il y a 20 ans, le prix de la coppe – ou du cuivre si vous préférez – était à son plus bas.

Les temps ont bien changé depuis. Le poète a maintenant les moyens de coucher dans un 5 étoiles tandis que les vols de fils électriques deviennent un fléau inquiétant tant le prix de la coppe a augmenté depuis deux ans. De 140% seulement en 2009 sur le marché mondial des métaux. Et évidemment, cette hausse s’est répercutée chez les ferrailleurs et dans les cours à scraps.

600 mètres de filage volé au centre-ville

Il y a deux semaines, trois individus ont été surpris par des pompiers de Shawinigan dans le secteur Beau-Rivage à faire brûler des fils électriques dont ils voulaient extraire le cuivre. L’affaire a failli mal tourner lorsqu’un malfaiteur a renversé l’un des pompiers avec son véhicule en tentant de prendre la fuite.

La Sûreté du Québec enquête présentement sur la possibilité que ce filage soit le même qui a été dérobé quelques jours plus tôt sur la Promenade Saint-Maurice, au centre-ville de Shawinigan.

Au début du mois d’août, plus de 600 mètres de fils électriques de gros calibre ont été coupés puis volés. Connectés à une boîte électrique située au coin de la rue Mercier et de la Promenade du Saint-Maurice, ils étaient accrochés dans la partie supérieure du muret de pierres qui longe la rivière. Cette connexion électrique, qui n’était pas sous tension, servait à alimenter entre autres les événements qui se tiennent au centre-ville, comme la Classique par exemple.

Ce n’est pas la première fois que la Ville de Shawinigan est victime d’un vol de ce genre. Au début du mois de juin, des braqueurs ont mis la main sur une grande quantité de fils électriques à l’ancien garage municipal laissé à l’abandon sur la rue de la Fonderie. Quelques jours plus tôt, le 22 mai sur la route Landry à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, plusieurs fils de mise à la terre ont été coupés près du poste de transmission d’Hydro-Québec, à proximité du barrage La Gabelle.

Puis en juillet dernier, la sous-centrale électrique de l’ancienne usine Belgo a été lourdement endommagée par les voleurs qui y ont coupé presque tous les fils électriques. Compte tenu du poids de la marchandise, ils n’ont pu transporter avec eux qu’une infime partie du matériel arraché. Le propriétaire du site, Recyclage Artic Beluga, estimait à près de 250 000$ le coût des dommages.

À LIRE AUSSI: Les entrepreneurs électriciens aux aguets

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires