«Shawinigan va devenir un pôle international» – Guy Bourassa

«Shawinigan va devenir un pôle international» – Guy Bourassa
La conférence de presse s’est tenue dans le bâtiment qui abritait l’ancienne machine à papier no 11 dans l’usine Laurentide. On retrouve le député de Saint-Maurice Pierre Giguère, la députée-ministre de Laviolette Julie Boulet, Guy Bourassa, président et chef exécutif de Nemaska Lithium, et le maire Michel Angers. (Photo : (Photo Bernard Lepage))

Nemaska Lithium amorce les travaux de reconversion de l’ancienne usine Laurentide

INVESTISSEMENT. Dévoilée une première fois en juin dernier sur le site de la mine Whaboushi, à 300 km au nord de Chibougamau, la participation de 130 millions$ du gouvernement du Québec dans le projet de 1,1 milliard de Nemaska Lithium a fait l’objet d’une nouvelle annonce officielle le jeudi 16 août à Shawinigan.

La ministre Julie Boulet a justifié ce recyclage en soulignant que la transformation de l’ancienne usine Laurentide, dans le secteur Grand-Mère, accapare près de la moitié du projet, soit un investissement de 532 millions$. «Ce sont 100 emplois spécialisés bien rémunérés qui seront créés ici lorsque l’usine entrera en opération», a souligné la députée de Laviolette.

La participation de Québec se décline en un prêt de 50 millions$ d’Investissement Québec et une entrée dans le capital-actions de l’entreprise à la hauteur de 80 millions$, ce qui fait du gouvernement le principal actionnaire de Nemaska Lithium avec 13% des parts. Soulignons qu’en avril 2016, Québec avait déjà octroyé 14 des 38 millions$ de la phase I du projet, soit la mise en marche de l’usine pilote qui avait créé une vingtaine d’emplois.

La participation du gouvernement québécois a d’ailleurs été le facteur déterminant du succès de la ronde de financement menée par Nemaska Lithium dans les derniers mois et qui lui ont permis de recueillir le 1,1 milliard de dollars nécessaire à la mise en marche du projet. «À cause de la qualité de notre produit, Shawinigan deviendra un pôle international», prédit Guy Bourassa, président et chef de la direction de l’entreprise. Il n’y a que 7 autres producteurs sur la planète de l’hydroxyde de lithium de haute pureté que produira l’entreprise à Shawinigan.

Valleyfield… puis Shawinigan

L’aménagement de l’usine de Shawinigan, qui aura une capacité de 33 000 tonnes/an de carbonate de lithium, devrait être terminé à l’automne 2020 et la production commerciale s’amorcer au début de 2021. «On a déjà des engagements de nos clients qui couvrent presque nos cinq premières années de production», s’enthousiasmait Guy Bourassa.

Présent lors de l’annonce, Michel Angers ne cachait pas non plus sa fierté en racontant la genèse du projet. En tant que directrice du CNETE, Nancy Déziel travaillait déjà avec Nemaska Lithium et avait eu vent du projet de l’entreprise de construire une usine à Valleyfield. Ne faisant ni un ni deux, le maire de Shawinigan, accompagné de la conseillère municipale et de Luc Arvisais, avait sollicité une rencontre avec Guy Bourassa pour lui vendre l’idée de s’installer dans la papetière centenaire qui vivait alors les derniers mois de son existence. «On a non seulement réussi à lui vendre la bâtisse mais aussi la ville. Cent emplois à Shawinigan, c’est 5 ou 6000 à Montréal», s’est exclamé Michel Angers.

Guy Bourassa a d’ailleurs relevé avec le sourire que le maire lui offrait à l’époque un immeuble… que la Ville ne possédait pas encore puisque Produits Forestiers Résolu en était encore propriétaire. Via sa filiale Société de développement de Shawinigan, elle en prendra finalement possession pour 2 millions$ pour la vendre au même prix à Nemaska Lithium tout en conservant 40% de la superficie pour y aménager son projet de marina et d’hôtel sur le bord de la rivière Saint-Maurice.

Propulsée par l’engouement envers les véhicules électriques, les analystes prévoient que consommation de lithium devrait augmenter de 17% par année jusqu’en 2026.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires