Six plantes d’intérieur pour enjoliver son espace à Noël

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Six plantes d’intérieur pour enjoliver son espace à Noël
Poinsettia (Photo : Stéphanie Paradis)

NOËL. Dans le temps des Fêtes, les amoureux de plantes d’intérieur s’en donnent à cœur joie dans les pépinières où on propose notamment une belle variété de poinsettias et de schlumbergeras, aussi appelés cactus de Noël. Il ne faut cependant pas oublier qu’il s’agit d’êtres vivants, et que chaque spécimen a des besoins différents. 

Marie-Julie Taillon, horticultrice, partage ses conseils pour prendre soin des plantes les plus populaires à l’aube de Noël.

À Noël, on craque pour… le poinsettia

Il existe plusieurs variétés de poinsettias, la plante la plus populaire à Noël! On l’aime pour ses magnifiques bractées colorées, le plus souvent rouge, mais on en retrouve également des blancs, des fuchsias, des tricolores ou encore des « chips au ketchup », comme se plait à les appeler Marie-Julie, en référence à l’arbre à chips au ketchup de Fred Pellerin! « J’ai fait croire ça longtemps à mes enfants! C’est important la magie de Noël et c’est important de l’alimenter! », raconte-t-elle, le sourire aux lèvres.

La préférée de Marie-Julie est cependant une variété plus ancienne de poinsettias, avec des bractées arrondies plutôt que pointues, bien rouges, et regorgeant de fleurs.

Le poinsettia est souvent considéré comme une plante annuelle, car il est très difficile de le faire fleurir à nouveau. Cela demande beaucoup de rigueur sur les périodes de chaleur et d’éclairage. On garde toutefois son poinsettia, car même entièrement vert, il est une plante d’intérieur que l’on peut faire grandir pendant de nombreuses années.

Entretien : le poinsettia nécessite une lumière vive indirecte et un sol humide, mais pas détrempé. « On attend que le terreau s’assèche légèrement sur le dessus. Le secret, c’est l’équilibre! Il n’aime pas sécher, mais il n’aime pas non plus les surplus d’eau. Capricieux? Non! Il sait ce qu’il veut, et il a de la personnalité! », lance Marie-Julie.

À Noël, on craque pour… l’araucaria, ou pin de Norfolk

Le pin de Norfolk, aux allures de sapin miniature, est souvent utilisé en guise d’arbre de Noël. C’est une plante qui devient très grosse.

« Un peu comme toutes les plantes de Noël, c’est une plante qui aime l’humidité ambiante. L’hiver, il ne faut pas oublier un petit humidificateur, surtout pour ceux qui chauffent au poêle à bois! Si l’araucaria manque d’humidité, les pointes vont sécher et brunir », explique l’horticultrice.

Entretien : un peu comme le poinsettia, le pin de Norfolk demande un arrosage régulier en laissant légèrement sécher la terre entre les arrosages. Pour l’ensoleillement, un éclairage indirect lui plaira. « Laisser la terre constamment mouillée est une erreur à ne pas faire. Les gens donnent beaucoup trop d’eau à leurs plantes. Vaut mieux donner de petites quantités d’eau régulièrement que trop d’eau moins fréquemment. Vous faites mal à votre plante!, lance Marie-Julie. L’arrosage régulier, c’est le secret pour toutes vos plantes d’intérieur », révèle-t-elle.

À Noël, on craque pour… le thé des bois

Marie-Julie Taillon propose ensuite de mettre la main sur une plante… comestible! En effet, en plus de pouvoir infuser les feuilles du thé des bois pour une boisson chaude réconfortante par les jours froids d’hiver, on peut consommer les petits fruits du thé des bois.

Le thé des bois n’appréciera pas autant la chaleur que nos plantes tropicales. C’est pourquoi une fois Noël derrière nous, vaut mieux garder son plant de thé des bois dans un endroit frais. Au printemps, cette vivace pourra être plantée à l’extérieur, dans notre plate-bande.

À Noël, on craque pour… la langue de feu

L’anthurium, ou langue de feu, est la plante de l’amour et de l’amitié, et c’est pourquoi on la voit beaucoup à la Saint-Valentin. « Mais on aime notre monde aussi à Noël! », lance Marie-Julie. On reconnait la langue de feu par ses bractées colorées. Selon l’horticultrice, elle existe dans une tonne de couleurs et de cultivars.

Entretien : bien que la langue de feu sache s’adapter à beaucoup d’environnements, un manque d’humidité fera brunir ses feuilles. Elle se contentera d’une luminosité moyenne, mais sa floraison sera probablement moins impresionnante.

À Noël, on craque pour… le cyclamen

Alors que le thé des bois deviendra une splendide vivace dans notre jardin, le cyclamen devrait plutôt être considéré comme une annuelle. « Très peu de gens arrivent à la faire survivre, parce que cette plante aime la fraicheur, explique Marie-Julie. Elle tombe en dormance quand la chaleur arrive, et souvent, ça devient complexe de l’y garder. On sera en mesure de la garder vivante un peu moins d’un an ». Toutefois, les gens l’adorent pour ses belles fleurs et la couleur de ses feuilles!

Autre petit caprice : le cyclamen ne doit pas être arrosé par le dessus, mais bassiné, c’est-à-dire déposé dans l’eau pour que la terre l’absorbe par le bas. « Elle est sujette à la pourriture du col, c’est-à-dire que les tiges vont pourrir et on ne pourra pas la ramener. Il ne faut donc pas arroser les feuilles ni toucher les tiges », explique-t-elle.

À Noël, on craque pour… le cactus de Noël

Le schlumbergera, ou cactus de Noël, est une plante emblématique de Noël appréciée de tous. Elle fleurit abondamment et se conserve de nombreuses années. « Il existe dans plein de couleurs : rouge, rose fuchsia, rose pâle, blanc. Il en existe même des jaunes, mais ils sont plus rares », énumère l’horticultrice.

Truc de pro : si nous avons notre cactus de Noël depuis plusieurs années et qu’il ne fleurit pas, pas de panique! Marie-Julie explique que c’est tout simplement parce qu’on ne lui a pas donné la dose de stress nécessaire à la stimulation de sa floraison. « Vers la fin de l’été, on doit mettre notre cactus dehors ou dans une pièce fraiche, car il a besoin d’avoir froid, avant de le rentrer à la mi-octobre. Habituellement, on doit rentrer nos plantes d’intérieur au maximum à la fête du Travail. C’est le secret pour les refaire fleurir! »

Entretien : la bonne santé du cactus de Noël requiert beaucoup de lumière indirecte. « S’il est placé à la lumière trop directe, les feuilles auront tendance à rougir, mais c’est surtout en été qu’on va avoir ce problème », précise Marie-Julie. Il est également important de laisser la terre du dessus s’assécher, car un surplus d’eau ferait tomber les bourgeons du cactus avant qu’ils n’aient la chance de fleurir.

« C’est la plante de Noël la plus facile d’entretien, n’importe qui peut réussir! », conclut Marie-Julie Taillon.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires