Trente-cinq chandelles pour la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Trente-cinq chandelles pour la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan
Andrée Pothier, présidente de la Société d'histoire et de généalogie de Shawinigan. (Photo : L'Hebdo - Bernard Lepage)

HISTOIRE.  Le 28 octobre prochain, la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan (SHGS) fêtera son 35e anniversaire de fondation. 

À l’origine en 1987, le nouveau regroupement présidé par Monique Duvot était connu sous le nom de Société d’histoire de Shawinigan-Sud et se consacrait exclusivement à la préservation et au rayonnement du patrimoine de l’ancienne ville de Shawinigan-Sud. La société historique avait été créée dans la foulée des festivités entourant le 75e anniversaire de fondation d’Almaville qui allait éventuellement donner naissance à Shawinigan-Sud.

En janvier 2002 lors de la création de la nouvelle Ville de Shawinigan, celle-ci confie à la SHGS – qui portait encore le nom de Shawinigan-Sud alors, mais qui avait intégré la généalogie à son mandat – la responsabilité des archives provenant des sept municipalités fondatrices (Shawinigan, Shawinigan-Sud, Grand-Mère, Lac-à-la-Tortue, Saint-Georges-de-Champlain, Saint-Jean-des-Piles et Saint-Gérard-des-Laurentides).

Depuis deux ans, la SHGS est présidée par Andrée Pothier. Logé dans un bâtiment municipal du parc industriel Albert-Landry, dans le secteur Shawinigan-Sud, la société a presque atteint sa capacité maximale d’entreposage.  « Ça fait partie de nos plans de numériser nos archives mais il faudra faire appel à un expert pour voir ce qui est pertinent à conserver et ce qui ne l’est pas », raconte la 9e présidente depuis la fondation de l’organisme.

La SHGS a déjà numérisé la grande majorité de sa banque de photos, mais il est bon de savoir que le local de la société contient une bibliothèque contenant plus de 5000 titres racontant l’histoire de centaines de villes et villages du Québec, dont bien sûr les sept municipalités fondatrices de la nouvelle Ville de Shawinigan.

Dans sa voûte, la SHGS possède également plusieurs fonds d’archives comme ceux de Raynald Roberge, l’abbé Roland Leclerc, Fabien La Rochelle, Léo-Paul Landry, etc., mais aussi des dizaines de boîtes provenant des anciennes paroisses aujourd’hui disparues et même d’anciens bottins téléphoniques.

Comme bien d’autres organismes, dans l’impossibilité de tenir ses activités, la SHGS a traversé des moments difficiles pendant la pandémie. « S’il y a de l’intérêt, on va reprendre les formations sur la généalogie qui était très populaires », souligne la présidente. Le cours était réparti en trois après-midi et donnait une bonne base pour amorcer des recherches sur ses ancêtres.

La société compte présentement environ 175 membres. Andrée Pothier ne dirait pas non si un local plus grand et plus central si l’occasion était offerte à l’organisme. « Nous sommes bien installés ici mais en même temps, on est pas mal éloigné d’un citoyen qui reste à Saint-Jean-des-Piles par exemple. Aussi, les personnes à mobilité réduite n’ont pas accès à notre local situé au 2e étage », fait-elle remarquer.

Gloire à nos aïeux

La SHGS dispose de plus de 500 répertoires de baptêmes, mariages et sépultures de plusieurs localités du Québec. Elle est également abonnée à la plateforme BMS 2000 et ses 6800 fiches de paroisses et plus de 15 500 fiches de patronymes. Vous avez ainsi accès à plus de 11 millions de certificats de baptêmes, mariages et sépultures. La société est également abonnée à Ancestry, un site web contenant d’innombrables données sur les recensements, dénombrements, contrats de mariage, listes de migrants, etc.

Pour ceux qui n’ont pas la patience de remonter jusqu’à leurs origines, la SHGS offre un service clé en main pour retrouver vos ancêtres. Moyennant 150$ pour la lignée maternelle ou paternelle, ou 250$ pour les deux, on vous remettra un tableau comprenant les noms de vos aïeux, des conjoints, des parents des conjoints, la date et le lieu de naissance, de mariage et de décès, un porte-folio contenant un tableau, copies des actes de mariage, etc. Moyennant des frais supplémentaires, des recherches peuvent être entreprises pour faire la transcription des actes et du contrat de mariage et des recherches historiques concernant le pionnier de la lignée.  

Pour devenir membre de la SHGS, il en coûte 20$ par personne ou 30$ pour deux personnes vivant à la même adresse. La cotisation comprend deux bulletins »Au pays des Chutes », l’accès à la bibliothèque et l’emprunt de livres, l’accès aux postes d’ordinateur pour effectuer des recherches généalogiques et une réduction pour les ateliers et activités organisés par la SHGS. La cotisation peut être payée sur place, mais aussi par virement Interac.

Dates marquantes

Octobre 1987     Fondation de la Société d’histoire de Shawinigan-Sud

Février 1993       Formation du comité du bulletin »Au pays des Chutes » de la SHGS

Avril 1994            Achat du premier ordinateur à la SHGS

Octobre 1996     Inauguration du nouveau local de la SHGS à l’école Saint-Georges

Mars 2001           Création du site internet de la SHGS

Heures d’ouverture

Mardi et mercredi de 9h30 à 16h

Le local est également ouvert pour de la recherche les mardis de 19h15 à 22h

Adresse

Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan (SHGS)

4455, avenue Jean-Duchesne

Secteur Shawinigan-Sud

Info : 819 537-5390 ou shgs@cgocable.ca

Web : www.histoireshawinigan.org

Facebook : @SHGS87

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires