Un potager pour combler les déserts alimentaires

Un potager pour combler les déserts alimentaires
Le Centtre Roland-Bertrand est en réflexion présentement quant aux prochaines étapes du développement du projet d'agriculture urbaine. (Photo : courtoisie Centre Roland-Bertrand)

SOLIDARITÉ. Le Centre Roland-Bertrand a posé cet été les premiers jalons d’un projet d’agriculture urbaine semi-autonome qui pourrait faire école. 

Issu d’une initiative du comité de sécurité alimentaire de Shawinigan, et implanté depuis juillet dans la cour du Centre entrepreneurial Alphonse-Desjardins de Shawinigan (CEADS), le jardin couvert du projet Oasis vise à produire et distribuer en circuit court, des aliments frais et sains, pour contribuer à combler les besoins des déserts alimentaires déjà identifiés à Shawinigan, et ce, le plus tard possible en saison. Il présente également de nouvelles possibilités de plateaux de travail pour la réinsertion socioprofessionnelle.

Entièrement cultivé hors-sol, le jardin urbain, qui sera recouvert en septembre de tunnels chenilles afin de prolonger la culture, produit une grande diversité de fruits et légumes et fonctionne en quasi autonomie. En effet, il est irrigué par un système goutte-à-goutte dont le fonctionnement est assuré par des batteries reliées à un système de panneau solaire.

Il est aussi le fruit d’un fructueux partenariat avec le DigiHub et la microbrasserie Le Trou du Diable. Alors que le Centre Roland-Bertrand cherchait une terre où installer le jardin, le Digihub de Shawinigan souhaitait en même temps voir la communauté s’approprier son tout nouveau Fab Lab, un laboratoire ouvert à tous, destiné à l’expérimentation et à la création de prototypes.

« Le projet de jardin urbain était un match parfait avec la mission d’innovation et d’expérimentation du hub. D’autant plus que leur grand terrain gazonné grand bénéficie d’un ensoleillement idéal pour jardiner », mentionne Émilie Duchesne, agente de développement en sécurité alimentaire au Centre Roland-Bertrand et responsable du projet Oasis.

En phase d’exploration tant technologique que maraîchère pour cette première année, ce modèle de jardin semi-autonome pourrait donc être reproduit dans le futur n’importe où en milieu urbain, à condition d’avoir un approvisionnement sûr en eau. Dans le cas présent, c’est la microbrasserie le Trou du diable, aussi installée au Centre entrepreneurial Alphonse-Desjardins, qui a manifesté son intérêt pour donner au Centre Roland-Bertrand l’accès à l’eau dont il avait besoin.

Pour la phase expérimentale du projet qui se tient jusqu’en novembre, les fruits et légumes récoltés au potager seront redistribués par le Centre Roland-Bertrand via ses services locaux d’aide alimentaire et, partagés équitablement avec les citoyens et organismes qui viendront s’impliquer au jardin.

En terminant, les citoyens et groupes communautaires de Shawinigan sont désormais invités à venir participer à l’entretien du jardin et aux récoltes. Pour ce faire, ils peuvent s’informer des activités proposées au jardin, chaque semaine, via sa page Facebook au facebook.com/ProjetOasisShawinigan .

Soulignons que le projet Oasis bénéficie d’une implication financière du Fonds québécois d’initiatives sociales à la hauteur de 300 000$. Il est aussi supporté par les Alliances pour la solidarité, en collaboration avec le ministère du Travail de l’Emploi et de la Solidarité sociale. (B.L.)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires