Un vent positif souffle sur le Groupe Rémabec

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

La direction du Groupe Rémabec a rencontré les médias latuquois lundi matin afin de dresser le bilan de la situation de leurs installations. Plusieurs projets sont en branle dans l’entreprise dont le fameux projet de transformation de la fibre de feuillue tant attendu.

Désormais, c’est au nom de Produits forestiers RBF que se fera la gestion des installations du Groupe Rémabec. La société Produits forestiers RBF comprend les Industries John Lewis, RBF Scierie St-Tite (anciennement coopérative Jos St-Amant), RBF Scierie La Tuque (anciennement Gérard Crête et fils du Site Vallières), Tronco Site Vallières et Boiseries Savco.

La nouvelle la plus importante faite par les membres de la direction de Gestion Rémabec lors de la rencontre a été l’acquisition de la scierie de Gérard Crête et fils inc. du Site Vallières qui s’est officialisé le 17 juillet dernier. Entre 4 et 5 M$ seront investis afin de transformer l’usine à sa nouvelle vocation de la fibre feuillue, et une vingtaine de personnes pourraient y travailler. «Le processus d’acquisition a été plus long qu’anticipé, soutient Mireille Prince, vice-présidente à l’administration et aux relations publiques. La phase 1 du projet consistera à faire une ligne de tronçonnage fixe afin d’optimiser l’utilisation de la fibre, et ce, dans un avenir rapproché. La phase 2 consistera à adapter les équipements de sciage résineux en sciage feuillu pendant la période automnale. L’objectif est de concevoir une usine de sciage feuillu très performante avec d’excellents coûts de fabrication.»

Il s’agit donc d’un autre pas vers le projet tant attendu de transformation de la fibre feuillue, mais qu’est-ce qui a été si long? «Nous avons fait attention au côté environnemental, ajoute Éric Bouchard, vice-président aux opérations et au développement corporatif. Nous avions plusieurs vérifications importantes à réaliser avant de procéder à l’acquisition. Les négociations aussi ont été longues. Nous avons eu plusieurs rencontres avec les gens de Gérard Crête et fils et Kruger. À l’automne, nous ferons des tests afin de vérifier ce que nous avons à adapter dans l’usine pour le feuillu, comme il s’agissait d’une usine pour le résineux. C’est pourquoi nous ne pouvons pas émettre de date pour un éventuel démarrage de l’usine.»

Le vice-président aux opérations manufacturières, Jean Boissonneault, soulignait le positivisme qui règne dans l’entreprise, malgré la crise forestière qui sévit toujours. «L’ensemble du plan de développement de la fibre feuillue arrive à terme. C’est la conjoncture du marché qui a fait changer l’échéancier, mais le projet demeure le même que celui annoncé en 2006. Au total, ce seront près de 250 emplois qui seront consolidés et créés par ce projet. En plus, ça aidera globalement tous les preneurs de la région.»

Industries John Lewis

Une somme de 250 000 $ provenant du Fonds Hydro-Québec aura permis aux Industries John Lewis de réaliser son plan d’investissement présenté l’année dernière.

Parmis les projets majeurs réalisés, on retrouve un projet de caméras couleur de 5e génération qui a été complétée, ce qui permet un triage des bâtonnets plus stable, et un projet de modernisation du triage des bâtonnets papillon qui sera terminé en septembre prochain. La relance de la compagnie aura permis de consolider 80 emplois. «Ces projets étaient la pierre angulaire du plan de relance et ils nous auront permis de conserver notre clientèle. Sans l’appui d’Investissement Québec et du Fonds Hydro-Québec, les probabilités de traverser la crise forestière qui sévit depuis deux ans seraient pratiquement nulles», ajoute Mme Prince. «Nous sommes maintenant passés aux années 2000 en ce qui concerne le triage», poursuit M. Bouchard.

RBF Scierie St-Tite

Au printemps 2007, Rémabec s’est porté acquéreur de RBF Scierie St-Tite, anciennement la scierie de Jos St-Amant. En 2008, l’entreprise a connu une bonne production et les objectifs fixés ont été atteints, bien que le marché du sciage a été difficile.

«Dans le cadre de notre plan de développement, l’entreprise devait augmenter son niveau d’approvisionnement. Suite à des discussions avec le gouvernement, nous avons reçu une allocation supplémentaire de 29 500 m3 dans les unités d’aménagement de la Mauricie. Cela représente une excellente nouvelle pour la direction et les employés et permettra de consolider les emplois existants et d’entrevoir la création d’emplois pour le futur», explique Mme Prince.

Quant à la consolidation d’emploi, il s’agit ici d’une quarantaine en comprenant les emplois en forêt.

Tronco Site Vallières

L’opération de l’usine Francobec, l’usine de mise en copeaux située au Site Vallières et propriété de Smurfit-Stone, se continue et Rémabec étudie les améliorations potentielles afin d’augmenter la vitesse d’alimentation de l’écorceur.

Boiseries Savco

Un total de 35 emplois ont été consolidés à cette entreprise, dont six de créés. Située à Sainte-Adelphe en Mauricie, des investissements ont été réalisés au cours de la dernière année pour munir l’usine d’une deuxième ébouteuse grâce à une subvention de 85 000 $ du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.

Route forestière 61

C’est les Industries John Lewis qui est responsable du développement de la nouvelle route forestière 61, qui reliera la route forestière 25 à la route 1.

«Cette route de classe II permettra à l’ensemble des bénéficiaires de diminuer la distance de transport et d’optimiser les charges de bois qui se livrent au Site Vallières en provenance des secteurs de récoltes éloignés sur la route 1», précise Mme Prince.

La construction de cette route, longue de 47 km, et nécessitant des investissements de 13 M$, permettra de récolter le bois feuillu se retrouvant à l’ouest des camps Vermillon et Oriskany.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires