Une microdistillerie s’implante à Louiseville

Par superadmin

ÉCONOMIE. Deux amis d’enfance originaires de la Gaspésie se lancent dans une toute nouvelle aventure professionnelle à Louiseville. Ils réalisent un rêve de se partir en affaires en créant leur propre entreprise: une microdistillerie qui verra le jour dans l’incubateur industriel de la MRC de Maskinongé, situé sur la rue Dalcourt.

Âgés de 28 ans, Jonathan Couturier et Jean-Philippe Roussy investissent près de 100 000$ dans cette entreprise qui débutera ses opérations d’ici la fin du mois d’août.

«Nous avons toujours voulu nous lancer en affaires. Notre secteur d’activité est très populaire aux États-Unis et c’est une tendance qui prend son envol au Québec aussi. On le remarque notamment avec les microbrasseries. Le marché du spiritueux québécois est en pleine effervescence et il y a un énorme potentiel», explique Jean-Philippe Roussy, copropriétaire de la Distillerie Mariana.

Cette microdistillerie se spécialisera dans la fabrication de vodka, de gin et éventuellement de whisky.

Trois produits principaux

À court terme, l’entreprise se concentrera sur trois principaux produits. Dans un premier temps le Canopée, un gin forestier de couleur ambre avec des ingrédients québécois et vieilli avec des extraits de bois de chêne et d’érable.

Puis, l’Azimut, une vodka comportant un mélange de deux alcools et fabriquée à base d’orge et de sarrasin provenant de la région.

Dans trois ans, les premières bouteilles de whisky provenant de la Distillerie Mariana apparaîtront sur les tablettes, puisque son vieillissement doit être d’un minimum de trois ans.

«Nos tests ont été effectués. Nous attendons les derniers équipements avant de commencer à produire pour de bon. À court terme, on concentre nos activités sur le gin et la vodka et à moyen terme sur le whisky fait avec du malt 100% québécois», souligne pour sa part, Jonathan Couturier, copropriétaire de la microdistillerie.

Dès la première année, la microdistillerie entend produire un minimum de 11 000 bouteilles.

Permis et règlementation

L’entreprise a reçu, au cours des derniers jours, son permis d’exploitation provenant de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec.

Les inspecteurs du gouvernement en matière de salubrité ont d’ailleurs visité la microdistillerie durant les dernières semaines et ont accordé le permis.

La Distillerie Mariana pourrait donc, en principe, débuter ses activités d’une journée à l’autre, mais l’entreprise doit plutôt patienter en raison des derniers équipements qui n’ont pas encore été livrés.

La SAQ dans la ligne de mire

Cette microdistillerie ne pourra vendre ses produits à partir de son lieu de fabrication, tel que le stipule son permis.

La mise en marché se fera à partir des restaurants, des commerces et des épiceries de la région. La Distillerie Mariana vise également les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

«Nous nous sommes bien renseignés pour la mise en marché. La SAQ représente près de 300 succursales, donc c’est un gros volume. Il est évident qu’on veut être présent sur leurs tablettes. Nous avons discuté avec des représentants régionaux à ce sujet et ils montrent une belle ouverture pour ce type de produits. On a bien hâte de commencer la production», ajoute M. Couturier.

Les deux artisans souhaitent participer à différents concours afin de faire connaître leurs produits et se bâtir une bonne réputation. Ils aimeraient cibler le marché de l’exportation, soit le nord des États-Unis à moyen terme. 

Visibilité pour la région

À travers les échanges du haut de la mezzanine donnant accès à un plan étendu de cette microdistillerie, MM. Roussy et Couturier croient que leur projet s’avérera une belle réussite, mais qu’il offrira également une belle visibilité à la région.

«C’est sûr qu’on aura un effet de nouveauté dans la région. Notre arrivée s’illustre dans une tendance bien active. On pense qu’en ayant des produits de qualité, on va réussir. On veut ramener le spiritueux à un prix plus abordable», confie M. Roussy.

«Un spiritueux peut être attrayant et doux en bouche. C’est un art! Il suffit d’harmoniser les saveurs et de travailler avec les matières premières. Présentement, on fait des tests pour que nos produits soient au top dès qu’ils sortiront pour la vente.»

Les différents produits de la Distillerie Mariana de Louiseville prendront une place importante chez la clientèle qui désire découvrir.

«C’est certain que notre public cible sera les gens qui veulent découvrir de nouveaux produits alcoolisés, les connaisseurs et ceux qui ont le goût de se procurer quelque chose fait localement. On vise les personnes dans la trentaine qui désirent moins en quantité, mais plus en qualité», confient les deux promoteurs.

Ces derniers tiennent à remercier les employés du Centre local de développement de la MRC qui ont joué un rôle important dans la création de cette entreprise. «Le support et le travail des employés furent déterminants dans notre projet. Merci à l’équipe!»

Distillerie Mariana

Le nom de la microdistillerie provient d’une traduction latine. Picea mariana, en latin, signifie épinette noire. En utilisant le nom Mariana, les promoteurs ont tenu à faire un clin d’œil au passé de la région.

«C’est un symbole de l’arbre et on veut s’enraciner dans la région. C’est avec une approche en lien avec le passé, les forêts et l’environnement que nous voulons nous installer ici à Louiseville.»

La Distillerie Mariana souhaite établir plusieurs partenariats et ententes avec des entreprises et fournisseurs de la région. Déjà, la plupart des ingrédients qui seront dans leurs différents produits proviendront du Québec, principalement de la MRC de Maskinongé. 

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires