Une mobilisation de toute une école pour un nouveau gymnase

Patrick Vaillancourt pvaillancourt@icimedias.ca

Une mobilisation de toute une école pour un nouveau gymnase
Sur la photo, on aperçoit les élèves Clara Tourangeau, Florence Isabelle, et Emma Lebrun qui entoure la députée Marie-Louise Tardif qui tient le cartable avec les lettres des élèves pour M. Drainville. (Photo : l'Hebdo Patrick Vaillancourt)

SHAWINIGAN.  C’est en présence de la députée de Laviolette-Saint-Maurice Marie-Louise Tardif que des élèves de l’école alternative de l’Énergie lui ont remis des lettres écrites par tous les élèves de l’école afin de demander au gouvernement de pouvoir obtenir une somme de 10 M$ pour la construction d’un nouveau gymnase à cette école.

« Ce n’est pas un luxe, mais une nécessité, a indiqué le directeur de l’école Stéphane Robitaille. Le gymnase actuel est de 204 mètres carrés, et la hauteur du plafond empêche les élèves de pratiquer différents sports comme le volley-ball ou le basket-ball, ce qui apporte une diminution de la pratique des sports. Le gymnase n’est pas conforme pour le ministère de l’Éducation pour l’enseignement de l’éducation physique. On vise un gymnase à deux plateaux pour une superficie de 948 mètres carrés, pour un coût de 10 M$. Le gymnase pourra aussi servir pour la communauté le soir, les week-ends et l’été, pour un quartier Christ-Roi-Saint-Marc qui ne dispose pas d’infrastructures sportives de qualité. »

Différents organismes communautaires ainsi que la Ville de Shawinigan ont donné leur appui à l’école alternative de l’Énergie. « C’est plus qu’un besoin, c’est un enjeu fondamental pour le quartier », exprime le maire de Shawinigan Michel Angers.

Lors de la présentation devant les médias et la députée, trois élèves ont lu leur lettre à Mme Tardif, qui a été écrite au ministre de l’Éducation Bernard Drainville. Ensuite, les trois élèves, Florence Isabelle, Clara Tourangeau, et Emma Lebrun ont remis le cartable comprenant toutes les lettres des élèves à la députée, afin que cette dernière puisse rendre le message en main propre à M. Drainville. 

« Je suis très optimiste, mais en même temps je ne peux pas faire d’annonce, a commenté Mme Tardif. C’est certain que je vais faire mon bout de chemin parce que c’est une infrastructure essentielle, non seulement pour l’école, mais aussi pour le quartier. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires