Aréna Émile-Bédard : dépôt de la pétition à la Ville

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Aréna Émile-Bédard : dépôt de la pétition à la Ville
Le porte-parole de mouvement pour un complexe multisports, Louis-Jean Garceau, a déposé une pétition de 700 signatures jeudi dernier à la Ville de Shawinigan. (Photo : courtoisie)

SAINT-GEORGES-DE-CHAMPLAIN. Le dossier de l’Aréna Émile-Bédard continue à cheminer. Jeudi dernier, le porte-parole Louis-Jean Garceau a déposé une pétition de 700 signatures à la Ville afin que la vocation de l’aréna ne soit pas seulement destinée au pickelball, mais pour différents sports.

Suite à la sortie dans les médias de M. Garceau pour demander une vocation multidisciplinaire pour l’aréna Émile-Bédard du secteur Saint-Georges-de-Champlain, une rencontre s’est déroulée entre les porteurs de la demande et le maire de Shawinigan Michel Angers. «Le maire n’a pas tardé et il nous a convoqués avec la direction du baseball mineur et du soccer. Le maire nous a demandé d’établir nos besoins. L’important pour la Ville c’est de ne pas avoir à faire la gestion de la bâtisse. Alors, on a parlé au conseil d’administration de chaque organisation pour voir ce qu’il en pensait. Alors l’objectif serait de former un conseil d’administration pour la gestion des lieux en incluant les gens du pickleball. Le maire avait une oreille attentive et j’ai trouvé qu’il posait de bonnes questions», explique Louis-Jean Garceau.

Suite à la sortie médiatique, d’autres acteurs se sont intéressés au projet d’un complexe multisports. «Charles Loranger est impliqué dans le tennis progressif à Trois-Rivières, et il me disait qu’il cherchait justement une bâtisse comme l’aréna pour le développement du mini-tennis à Shawinigan. En plus, il est associé avec le joueur de tennis Jonathan Bédard, qui veut s’impliquer pour le développement de ce sport ici», ajoute M. Garceau.

Qui plus est, Jonathan Bédard demeure à Saint-Georges-de-Champlain, et il s’avère être le petit-fils de celui dont on a attribué le nom de l’aréna. Jonathan a déjà joué au niveau universitaire aux États-Unis dans les dernières années.

«Il y a un autre acteur sérieux qui veut embarquer, et le lignage pour le mini-tennis est le même que celui pour le pickleball. On peut rejoindre deux catégories d’âge avec ça», exprime Louis-Jean.

Le lignage pour le pickleball devrait être réalisé prochainement, mais pour M. Garceau, c’est l’occasion de réaliser le lignage aussi pour le basketball, le soccer et le dek hockey. «Quant à faire venir la firme pour le lignage, aussi bien de faire faire le tout au lieu de la rappeler une autre fois pour faire faire le travail. C’est important que l’offre de services soit multifonctionnelle pour toute la communauté, et avec un coût pratiquement nul pour les contribuables.»

Le conseiller Martin Asselin en faveur

Contacté par l’Hebdo, le conseiller municipal du secteur Martin Asselin affirme qu’il est d’accord avec l’idée de convertir l’aréna en un centre multisports.

«Je ne suis pas en désaccord avec l’idée. C’est certain qu’on avait dit aux gens du pickleball qu’il devait y avoir une ouverture. Par exemple le Club Optimiste avec son festival du panache, et d’autres associations qui veulent l’utiliser. Il faut que ça soit ouvert aux citoyens. Louis-Jean Garceau a bien fait les choses en rencontrant Michel Angers sur le sujet. Mais pour nous à la Ville, une chose est certaine, on veut qu’il y ait du monde qui s’en occupe, et pas juste demander un plateau sportif. Il faut qu’il y ait un conseil d’administration qui soit formé afin de pouvoir partager l’aréna pour différents sports. C’est une très bonne idée!»

En ayant différentes disciplines sur place, le conseiller Asselin indique que le projet peut emmener des jeunes familles dans le secteur à long terme.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires