Au royaume des lions et des tigres, Jacinthe Bouchard est reine

Par Martin Sylvestre

La vie sourit à ceux qui y croquent à pleines dents. C’est justement ce qui est arrivé à la Trifluvienne Jacinthe Bouchard. Dans sa jeunesse, la petite Jacinthe rêvait de vivre en dressant les animaux jour après jour, et ce, malgré quelques interrogations de la part de ses parents. Ne perdant jamais son objectif de vue et à force d’efforts et d’acharnement, elle a fini par atteindre son but. À 46 ans, elle exerce depuis une vingtaine d’années le métier de spécialiste en comportement animal.

Cette passion du dressage animal est arrivée très tôt dans l’existence de Jacinthe. À seulement huit ans, elle savait ce qu’elle voulait faire comme métier. Franchissant les obstacles et relevant toutes les barrières, la Trifluvienne a réussi à atteindre son but. «C’est lors d’un voyage chez ma tante que je suis tombé en amour les animaux, plus particulièrement avec les vaches. Lorsque j’ai tenté d’expliquer à mes parents ce que je voulais faire dans la vie ça n’a pas été facile, car le métier de spécialiste en comportement animal n’existait pas. Encore aujourd’hui, ma mère trouve que j’ai un beau passe-temps», explique Jacinthe en riant. Cette dernière est maintenant reconnue comme une entraîneuse réputée dans le domaine animal.

Au fil des ans, la Trifluvienne a suivi de nombreuses formations au Québec et ailleurs sur la planète. Maintenant, c’est à elle qu’on fait appel pour qu’elle livre ses secrets.

Au-delà des frontières

Sommitée mondiale en ce qui concerne la psychologie animale, on fait appel aux services de Jacinthe Bouchard partout à travers le monde. Récemment, elle dressait des lions dans un monastère bouddhiste en Thaïlande. «J’ai dressé la majorité des animaux que l’on retrouve sur la planète comme des lions, des tigres, des dauphins, des morses et des hippopotames. Toutefois, je ne suis pas une dresseuse de cirque. Ce que je veux, c’est amener l’animal à mieux apprivoiser son milieu et à accueillir, sans broncher, les traitements qu’on doit lui prodiguer», fait savoir la mère de deux enfants dans la jeune vingtaine.

Le plus gros défi

On pourrait penser que le plus bel exploit de la carrière de Jacinthe serait de dompter n’importe lequel des animaux exotiques que le commun des mortels n’oserait approcher. Ce n’est pourtant pas ce qui lui vient à l’esprit lorsqu’on lui pose la question. «Mes contrats m’amènent souvent à l’extérieur du pays alors mon plus grand défi est de prendre soin de mes enfants même si ceux-ci n’habitent plus le domicile familial. En ce qui concerne les animaux, j’aimerais tellement entraîner un corbeau.»

Savoir dompter

C’est bien beau de faire le métier de dompteur, mais encore faut-il savoir comment. Selon Jacinthe, rien n’est plus facile, que ce soit un hippopotame, un poisson rouge ou un caniche. «Les principes de conditionnement et d’entraînement sont les mêmes, peu importe l’animal. Il faut seulement savoir comment un cerveau apprend et comment il fait des liens. Pour obtenir des résultats, il faut travailler avec de la motivation positive en conditionnant des sons avec ce que l’animal aime. La première règle c’est de ne jamais le brusquer. Par contre, j’ai déjà eu très peur avec un morse, car ce dernier ne voulait pas arrêter l’entraînement», souligne cette formatrice chevronnée.

Horreur du cinéma

Jacinthe Bouchard a déjà entraîné des animaux pour des publicités ou des films, une expérience qu’elle n’est pas prête de répéter. «Souvent, les producteurs ne prennent pas en considération que ce sont des animaux et veulent que la prise soit faite en douze secondes. Pour l’animal, ce n’est pas un comportement naturel et c’est très stressant pour lui. C’est pourquoi je préfère travailler en nature», laisse-t-elle entendre.

Une enseignante hors pair

En plus de ses nombreux contrats à travers le monde, Jacinthe trouve le temps de dispenser diverses formations. «Il faut prouver qu’on est plus intelligent que la bête. L’examen de passage pour mes étudiants c’est de réussir à faire sauter un poisson rouge à travers un cerceau. S’ils sont capables de le faire, alors plus rien n’est à leur épreuve. Le cerveau d’un poisson fonctionne de la même manière que celui d’un chien», fait-elle connaître. On peut voir les formations à l’adresse www.jacinthebouchard.com.

Le meilleur ami de votre chien

Le chien a toujours été considéré comme le meilleur ami de l’homme. Pour Jacinthe Bouchard, c’est maintenant l’heure du retour du balancier. «Dans le livre « Devenez le meilleur ami de votre chien » ça m’a permis de vulgariser toute la science derrière l’apprentissage et des divers comportements du chien. Le livre est très accessible à tout le monde et remplit d’humour. C’est un guide de l’utilisateur pour tous les propriétaires de chiens.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires