Broadway Microbrasserie plus vivant que jamais

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Broadway Microbrasserie plus vivant que jamais
Lorsqu'elle sera complètement installée au printemps, la Broadway Microbrasserie ouvrira une boutique où les amateurs pourront se procurer leurs bières sur place souligne Jean-Luc Marchand, maître-brasseur et copropriétaire de l'entreprise. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

AFFAIRES. La faillite du Broadway Pub il y a quelques jours ne sonne pas le glas du nom puisque totalement indépendant, la Broadway Microbrasserie a au contraire le vent dans les voiles.

Propriétaire de l’entreprise avec sa conjointe Élyse Villemure, Jean-Luc Marchand a rapidement fait une publication sur la page Facebook de la microbrasserie alors que l’annonce de la fermeture du vénérable établissement se propageait sur les médias sociaux.

«On a reçu quelques messages de gens qui s’informaient, mais la plupart faisait maintenant la distinction entre les deux», souligne le brasseur. C’était encore plus vrai depuis que la microbrasserie avait emménagé à l’automne 2020 dans ses nouveaux locaux sur la rue de la Transmission, tout près de la gare Via Rail.

Un investissement de près de 250 000$ qui fera passer la capacité de 2000 hectolitres à 2800 hectolitres par année. «On a acheté un fermenteur de 2400 litres et on va ouvrir un salon de dégustation d’une cinquantaine de places où on pourra servir nos produits», explique Jean-Luc Marchand qui espère accueillir ses premiers clients ce printemps si le contexte sanitaire le permet. Une terrasse extérieure sera aussi éventuellement greffée à l’établissement.

Broadway Microbrasserie a vraiment pris son essor en 2018 quand les propriétaires ont pris la décision de brasser de la bière en sous-traitance. Au Québec, les brasseurs dits nomades ou itinérants se multiplient, à la recherche de sites pour produire leurs bières de spécialité. «Notre chiffre d’affaires est maintenant réparti également entre nos propres bières et celles des autres», souligne l’entrepreneur.

Et puis le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le déclenchement de la crise sanitaire au printemps a fait exploser les ventes de la microbrasserie shawiniganaise. «On a enregistré une hausse de 35% dans les épiceries et dépanneurs», se réjouit-il.

Pour Jean-Luc Marchand, avec le grand nombre de bières disponibles sur le marché au Québec, le succès passe inévitablement par un renouvellement des produits. «Il ne faut pas s’asseoir sur nos produits réguliers. Il faut en sortir de nouveaux et quelquefois, en retirer avant de les ramener», dit le maître brasseur qui travaille  présentement sur une Milk Shake NEIPA aux framboises. «Les bières fruitées et sures, c’est ça qui fonctionne présentement.»

L’ouverture du petit bistro s’inscrit d’ailleurs dans cette stratégie de renouvellement de la gamme. «Ça va nous permettre d’explorer un peu plus et de tester de nouvelles bières avec la clientèle. On ne peut se permettre aujourd’hui de faire un brassin à l’aveuglette et espère connaître du succès dans les épiceries et dépanneurs», termine-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires